Sarkozy finalement rattrapé par son passé? Mediapart balance une bombe sur le financement illégal de sa campagne en 2007

Sarkozy finalement rattrapé par son passé? Mediapart balance une bombe sur le financement illégal de sa campagne en 2007

Alors que l’enquête sur le financement illégal de la campagne de 2007 de Sarkozy était au point mort, le site d’information Mediapart a révélé ce qui pourrait être un rebondissement énorme dans cette affaire: un carnet d’un ancien ministre de Kadhafi contiendrait une série de trois versements de Libye destinés aux comptes de campagne de l’ex-président de la République. Pour rappel, la primaire de la droite pour l’élection présidentielle débute le 20 novembre prochain.

Selon Mediapart, la justice a récupéré un carnet de l’ancien ministre du pétrole de Kadhafi, Choukri Ghanem. Dans ce carnet seraient consignés trois versements libyens au profit de Nicolas Sarkozy et de sa campagne présidentielle de 2007. Une campagne qui l’avait vu sortir vainqueur face à Ségolène Royal.

Choukri Ghanem aurait rédigé en arabe le compte-rendu d’une réunion avec plusieurs haut-responsables du pouvoir libyen. Lors de cette réunion, Bachir Saleh, directeur de cabinet et patron de l’un des fonds souverains du pays, aurait dit avoir transféré 1,5 million d’euros à Nicolas Sarkozy.

6,5 millions auraient été versés au total

Mais ce ne serait pas le seul virement effectué. Selon Mediapart toujours, d’autres noms sont évoqués ainsi que d’autres montants: notamment les trois millions envoyés par Saïf al-Islam Kadhafi, le fils de Mouammar Kadhafi, et les deux millions versés par Abdallah Senoussi, qui n’est autre que le chef des services secrets et le beau-frère de Kadhafi.

Au total, cela ferait un montant de 6,5 millions d’euros qui auraient été ainsi versés. Et ce, “en pleine campagne électorale de Nicolas Sarkozy”, note Mediapart.

Choukri Ghanem a été retrouvé sans vie dans le Danube en 2012 à Vienne, où il s’était réfugié après la chute du régime libyen et de Mouammar Kadhafi.

Articles sponsorisés