Rambo peut aller se cacher: cet énooorme gun te permet de shooter sur les drones… mais il n’est pas encore légal (sorry)

Rambo peut aller se cacher: cet énooorme gun te permet de shooter sur les drones… mais il n’est pas encore légal (sorry)

Que dirais-tu de te lancer dans une battle de drones avec tes potes? Dans le futur, tu risquerais bien de voir plein de drones voler au-dessus de ta tête. S’ils t’importunent, des Australiens ont conçu ce gun de dingue pour les shooter. Rassure-toi, il est totalement safe et ne lance aucune bombe.

Bientôt, tu auras l’air nul si tu n’as pas ton propre drone. Ces petits avions téléguidés à distance sont en train de se démocratiser un peu partout dans le monde. Et si tu as un pote qui frime un peu trop avec le sien, tu pourras le lui dézinguer en moins de deux grâce à ce pistolet anti drones.

L’entreprise australienne DroneShield a créé un énorme gun portable pour « pulvériser » les drones. Son petit nom? Le « tactical drone jammer » ou « brouilleur tactique de drones ».

Tu peux tirer à une distance de deux kilomètres

@DroneShield

Si tu parviens à soulever ses six kilos, tu peux tirer à une distance allant jusqu’à deux kilomètres. Mais rassure-toi, ce n’est pas vraiment une arme de guerre. Tirer sur la détente ne produit aucune explosion dangereuse.

Il ne lance ni obus ni bombe, il utilise à la place plusieurs techniques de brouillage: GPS, fréquences radio et GLONASS (le système de navigation des satellites russes). Ainsi, il force simplement le drone à atterrir ou le renvoie vers son point de départ. Par contre, tu dois faire vite, sa batterie ne tient que deux heures.

Le concepteur insiste aussi sur le fait que son utilisation ne doit pas être abusive. Il a été conçu pour « tirer » seulement sur des drones qui volent là où ils n’ont pas reçu d’autorisation.

Mais son utilisation est toujours illégale

Pour l’instant, l’exploitation et la commercialisation de technologies qui perturbent les signaux GPS, radio ou de téléphonie mobile sont interdites dans la plupart des États. Le gun ne peut donc être mis en vente ni en Australie ni aux États-Unis… ni ailleurs dans le reste du monde.

Il existe pourtant d’autres technologies du même genre. Par exemple, le centre américain de recherches en technologies Battelle a développé un DroneDefender qui utilise la fréquence radio pour le bloquer et le faire atterrir. L’entreprise britannique OpenWorks Engineering SkyWall a également mis en place des fusils et d’autres systèmes de capture à l’aide de filets. Mais les concepteurs doivent encore tous plancher sur des versions légales ou espérer un assouplissement des règles en matière de brouillage d’ondes.

Il va donc te falloir attendre si tu veux dégager les drones qui t’embêtent…

@DroneShield

Voici à quoi ressemble le « tactical drone jammer »

Articles sponsorisés