Qui a géré, qui a foiré ce grand débat? Mélenchon roi de la punchline, Macron séduit et Fillon s’efface 

Qui a géré, qui a foiré ce grand débat? Mélenchon roi de la punchline, Macron séduit et Fillon s’efface 

Hier soir, tous les regards des Français, et des Belges aussi, étaient rivés sur TF1 et le grand débat entre les cinq principaux candidats à la présidence française. Si on devait choisir un mot pour qualifier ce débat on utiliserait “animé”. C’est qu’il s’en est passé des choses, mais qui s’en est le mieux sorti? Et qui a le moins convaincu les Français? On fait le point. 

Mélenchon, roi de la punchline et star de Twitter

Le doyen du débat a su se faire respecter hier soir. Globalement, le candidat de la France Insoumise a été très bon. Malgré un début un peu poussif, il a su réagir et rebondir aux bons moments en n’hésitant pas à couper la parole de ses adversaires et collègues. Il est d’ailleurs le seul à avoir évoqué les déboires judiciaires de François Fillon et Marine Le Pen, et d’une bien belle manière (voir tweet ci-contre).

Sa victime préférée s’appelait Marine Le Pen hier soir, surtout au moment d’aborder la thème de l’immigration et de la laïcité. Il a par exemple expliqué que Marine Le Pen ne pouvait pas “aller jusqu’à établir une police du vêtement dans la rue. (…) Vous voulez interdire aux gens de porter les cheveux verts dans la rue?” Un exemple parmi tant d’autres… En tout cas, grâce à cette répartie, Mélenchon était au top des sondages pendant le débat. C’est le premier enseignement du débat: il s’est attiré le soutien de la twittosphère.

Macron s’en est très bien sorti

Comme Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron a eu quelques difficultés pour rentrer dans le débat. Ce qui est normal, c’était son premier grand débat.

Heureusement, Marine Le Pen lui a facilité la tâche en évoquant la question du burkini. Elle a eu le malheur d’expliquer que Macron en était un défenseur, grave erreur. Le candidat de En Marche! a directement réagit et a balancé la punchline qui l’a mis sur de bons rails: “Je ne vous fais pas parler et je n’ai pas besoin d’un ventriloque.” Bim, headshot!

Ses clashs avec Benoit Hamon sur le financement de sa campagne et avec François Fillon sur la question des 35h n’ont fait que renforcer sa position de force dans ce débat. Le cadet de cette campagne a donc su s’affirmer face aux monstres politiques comme Marine Le Pen. Il a d’ailleurs plus brillé dans ces altercations que dans la présentation de son programme. Au final, il a fini la soirée en beauté puisqu’au terme du débat, l’ex-ministre de l’Economie a fini en tête des sondages. Il est en effet considéré comme le candidat le plus convaincant. Si Jean-Luc Mélenchon s’est attiré le soutien des internautes, Emmanuel Macron a séduit l’opinion publique. Belle perf’ pour le candidat de 39 ans.

François Fillon plus que discret

Soirée compliquée pour François Fillon mais elle aurait pu être bien pire! Le candidat des Républicains a longtemps été spectateur des débats entre Mélenchon et Le Pen et ceux entre Macron et Hamon. Et au moment de débattre avec Emmanuel Macron, il n’a pas pu démontrer sa supériorité par rapport au candidat de 24 ans son cadet.

François Fillon a, sans surprise, eu beaucoup de mal à convaincre les internautes qui n’oublient pas les scandales auxquels il est mêlé. Ses paroles lors du débat sont donc passées à la trappe au profit de vannes et remarques sur sa situation judiciaire.

Mais heureusement, les quatre autres candidats ont été plus sympas et ne l’ont pas harcelé à propos des emplois fictifs présumés de sa femme, ni des costumes hors de prix qu’il a reçu. Juste quelques allusions ont été balancées, rien de bien grave. Au final, le Républicain termine quatrième des sondages, juste devant Benoit Hamon, lui aussi globalement discret.

Marine Le Pen au taquet sur l’immigration et la sécurité

Comme d’habitude, Marine Le Pen s’est lâchée au moment d’aborder les thèmes de l’immigration et de la sécurité. Dans cet exercice, c’est une véritable machine de guerre. Inutile de le nier: elle a du charisme c’est indéniable. Malheureusement pour elle, ses adversaires étaient particulièrement au taquet pour démonter chacun de ses arguments. Pas facile de briller quand on se fait basher de la sorte.

Sans surprise, les internautes ne l’ont pas loupé sur les réseaux sociaux, notamment à cause d’un graphique un peu limite brandi en plein débat. Mais malgré tout, ses partisans ont entendu ce qu’ils voulaient attendre sur les thèmes qui les intéressent. Marine Le Pen n’avait pas grand chose à perdre et cela s’est confirmé.

Articles sponsorisés