Quand les citoyens belges investissent la rue

Quand les citoyens belges investissent la rue

Le citoyen belge n’est pas content. Mais plutôt que de le crier au coin d’un bistro ou sur internet, il a décidé de se bouger, dans la rue, c’est dire s’il en a gros sur la patate. On se croirait presque en France.

Gilets jaunes, marche pour le climat, marche pour une justice fiscale et migratoire… les citoyens belges se réveillent et ont décidé de faire entendre leur voix. Pourtant, il en faut beaucoup pour faire sortir un Belge de chez lui. Mais trop, c’est trop, le politique est invité à ouvrir grand ses oreilles.

Car dans les prochaines semaines, pas moins de 5 manifestations de grande ampleur devraient se tenir sur notre territoire. Chacun de ces événements compte plusieurs milliers d’intéressés sur les réseaux sociaux. Et d’après le taux de réaction des rassemblements précédents, on peut s’attendre à voir du monde dans les rues de la capitale.

Pour et contre Marrakech

Dans l’ordre, il y a la marche pour et contre le Pacte de Marrakech. Lancée par des mouvements de droite flamands, comme Schield & Vrienden ou le KVHV, la marche contre le Pacte compte 25.000 intéressés et 8.300 participants. Le cortège s’est donné rendez-vous à midi à la gare du Nord à Bruxelles.

En réponse, la marche pour Marrakech se tiendra au même endroit et à la même heure. Seules 2.500 personnes ont montré pour l’instant un intérêt. Au vu des oppositions fondamentales qui séparent les deux groupes, la température pourrait vite grimper.

epa

Pour le climat

L’autre grand sujet du moment, c’est bien sûr le climat. La marche du 2 décembre est restée dans toutes les mémoires. Entre 65 et 75.000 personnes se sont déplacées dans les rues de Bruxelles face à l’urgence climatique. Pas entendus, les marcheurs remettront le couvert le 16 décembre, au 16 rue de la Loi, selon leur nouveau slogan Pas de loi climat? Geen Wetstraat!. Cet événement compte déjà 6.200 intéressés et 1.200 participants.

À cette protestation s’en ajoutera une autre. Le 12 janvier cette fois. Rise for Climate démarrera de la gare du Nord. Elle demandera également une justice fiscale et migratoire. C’est celle qui récolte le plus grand intérêt avec pas moins de 31.000 intéressés. Elle devrait se combiner avec un autre événement Facebook, La Manifestation pour la justice migratoire ! qui récolte pas moins de 11.000 intéressés. Ça va faire pas mal de monde dans les rues de Bruxelles ces prochaines semaines.

EPA

Pour une justice sociale

On en oublierait presque le mouvement des Gilets jaunes. S’il est moins virulent qu’en France, un millier de gilets jaunes se sont encore rassemblés à Bruxelles ce samedi, bloquant de nombreux tunnels de la capitale.

Ici, la revendication du citoyen tourne principalement autour du pouvoir d’achat. Mais ce mouvement regroupe plusieurs colères, témoignant de son éclatement politique. Le comprendre à travers le prisme gauche-droite n’a pas vraiment d’intérêt, comme en témoigne cette charte qui regroupe leurs revendications. Ça part vraiment dans tous les sens.

Aucune nouvelle manifestation n’est pour l’instant mise à l’agenda. Dans le cas des gilets jaunes, les regards se tournent vers la France, qui garde l’initiative.

Syndicats

Notons toutefois que la FGTB lance son action nationale le 14 décembre. À Liège et Charleroi, 24 heures de grève sont d’ores et déjà planifiées. Certaines actions se font en front syndical avec la CSC et le CGSLB. Ils devraient en tout cas se rassembler vers 11 heures devant le siège de la FEB.

Outre les entreprises, c’est le gouvernement fédéral qui est visé: « Toutes les actions visent à mettre le patronat et le gouvernement devant leurs responsabilités », a précisé pour Belga Robert Vertenueil, le patron de la FGTB. Constatant la « nervosité » de ses troupes, des actions « coup de point » sont également possibles, comme le blocage des routes ou de zonings.

L’ambiance risque d’être tendue dans les prochaines semaines, et tu y seras peut-être aux premières loges.

Articles sponsorisés