Quand c’est bon, faut le dire aussi: la ponctualité des trains s’est améliorée en 2019

epa

Plus de 90% des trains étaient à l’heure ce premier semestre.

2019 file, nous entamons déjà la deuxième partie de l’année. L’heure d’établir un premier bilan pour la SNCB. Relayé par Le Soir, il est plus que satisfaisant.

En moyenne, sur les six premiers mois de l’année, la ponctualité des trains a atteint les 90,2% avec un pic au mois de mars à 91,6%. Cela fait de 2019 l’un des meilleurs crus de ces 10 dernières années. La ponctualité avait atteint son maximum en 2015 avec 90,7% des trains à l’heure contre l’année 2013 avec seulement 85,6%.

La SNCB explique ces bons résultats par trois facteurs principaux: une météo clémente durant les premiers mois de l’année, la mise en place d’un nouveau système de maintenance prédictive qui anticipe certains travaux et la mise à quatre voies de plusieurs lignes, principalement à l’entrée et à la sortie de Bruxelles.

Les responsabilités

Mais il reste encore de la place pour s’améliorer. Mécaniquement, il y a encore un train sur dix qui n’est pas à l’heure. La responsabilité? La SNCB est pointée du doigt dans 30,3% des cas (chauffeurs en retard ou absents, pannes de matériel…). Infrabel, le gestionnaire du réseau, est responsable dans 23,6% des cas (signalisation, travaux…) et enfin les “causes tierces” qui représentent 39,5% des retards (accident de voiture, suicide, vol de câbles…).

On considère qu’un train est en retard au-delà des 6 minutes. A confirmer durant le 2e semestre !

Articles sponsorisés