Pour la première fois depuis des années, le nombre d’exécutions recule dans le monde même si la Chine ment sur ses chiffres

Pour la première fois depuis des années, le nombre d’exécutions recule dans le monde même si la Chine ment sur ses chiffres

À l’échelle mondiale, le nombre d’individus exécutés a considérablement diminué, rapporte ce mardi Amnesty International. En 2016, il y aurait eu 37 % d’exécutions en moins qu’en 2015. C’est une amélioration et les États-Unis y ont bien participé. Par contre, la Chine et le Vietnam auraient menti sur leurs véritables chiffres, dénonce l’ONG. Ce qui pourrait entièrement fausser la donne.

Commençons par les bonnes nouvelles. Pour la première fois depuis des années, les États-Unis ne figurent pas dans le “top 5” des pays avec le plus d’exécutions au monde. En 2016, il y a eu 20 exécutions recensées au pays de Trump. Ça peut paraître beaucoup mais c’est deux fois moins qu’en 1996 et quasi cinq fois moins qu’en 1999. En fait, depuis 2009, le nombre d’exécutions ne fait que diminuer.

De nombreux états des États-Unis ont encore recours à la condamnation à mort mais les exécutions diminuent. L’une des raisons est notamment la difficulté que rencontrent certains états pour se procurer le matériel nécessaire pour tuer. En effet, de nombreux laboratoires pharmaceutiques opposés à la peine de mort refusent de livrer les produits aux prisons et ces dernières se retrouvent en pénurie de produits pour injection létale.

Amnesty International

4 pays = 87% des exécutions

À première vue, le nombre d’exécutions de par le monde a considérablement diminué en 2016. Dans son rapport mondial sur le recours à la peine de mort en 2016, Amnesty International écrit que “si l’on n’inclut pas la Chine, les États à travers le monde ont exécuté 1 032 personnes en 2016”. Cela représente une baisse de 37% par rapport à 2015 (1.634 exécutions).

Amnesty International

De nombreux pays ont décidé de faire justice autrement, comme le Bénin et Nauru qui ont aboli la peine de mort. Mais quatre pays continuent de pratiquer cette peine de façon intensive. Ils représentent à eux quatre 87% des exécutions mondiales. Ce sont la Chine, l’Iran, l’Arabie saoudite et l’Irak.

Si le nombre d’exécutions au niveau mondial a diminué, c’est aussi dû à une baisse des condamnations en Iran (moins 42 %, passant d’au moins 977 à au moins 567) et au Pakistan (moins 73 %, passant de 326 à 87). En Afrique Subsaharienne, les exécutions ont diminué mais le nombre de condamnations à mort a plus que doublé. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le nombre d’exécutions recensées a baissé de 28 %.

La Chine et le Vietnam faussent leurs chiffres

Les mauvaises nouvelles maintenant. Plusieurs pays d’Asie auraient bidouillé leurs chiffres officiels dans les bases de données nationales en ligne des tribunaux. En les comparant avec les chiffres repris dans des journaux locaux, Amnesty International a découvert que la Chine, le Vietnam et la Malaisie auraient menti sur leur chiffres.

“Amnesty International a trouvé dans des articles publiés par les médias des informations faisant état de 931 exécutions de condamnés entre 2014 et 2016 (ce qui ne représente qu’une fraction du nombre total d’exécutions), mais 85 d’entre elles seulement figurent dans la base de données.” Pour 2016, le nombre d’exécutions en Chine tournerait donc autour du millier.

Entre le 6 août 2013 et le 30 juin 2016, le Vietnam a procédé à 429 exécutions. Ce qui le place alors au troisième rang des pays ayant procédé au plus grand nombre d’exécutions, derrière la Chine et l’Iran. “Le nombre énorme d’exécutions qui ont eu lieu au Vietnam ces dernières années est terrifiant. (…) On se demande combien d’autres personnes ont été condamnées à mort sans que le monde le sache”, a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

Amnesty International

Rétablir la peine de mort?

En Malaisie, pareil. Plus d’un millier de personnes attendraient actuellement dans le quartier des condamnés à mort, ce qui est beaucoup plus grave que ce que l’on pensait. Et en plus de cela, de nombreux pays veulent rétablir la peine de mort. C’est le cas des Philippines (qui l’a abolie en 2006) et des Maldives (abolie il y a 60 ans).

Au Philippines, le président Rodrigo Duterte avait annoncé qu’il serait très heureux d’exterminer les trois millions de toxicomanes et de dealers que comptait son pays.

Même en Europe, la peine de mort n’a pas totalement disparu. La Biélorussie, ce petit pays coincé entre la Pologne et la Russie, a repris les exécutions en 2016 après une interruption d’un an. Et les chiffres relatifs aux condamnations sont classés secrets d’état.

Alors, la peine de mort recule-t-elle vraiment? Sur la majorité de la planète, ça semble être le cas. Malheureusement, quelques pays gardent encore leurs véritables chiffres secrets et ils faussent, à eux seuls, tout le véritable travail accompli en la matière.

epa

Articles sponsorisés