Plusieurs milliers de personnes vont marcher contre le fascisme ce mardi soir à Bruxelles, utile?

Plusieurs milliers de personnes vont marcher contre le fascisme ce mardi soir à Bruxelles, utile?

Entre 18 et 20 heures, 6.000 personnes comptent se rendre place du Luxembourg à Bruxelles pour entamer une marche contre l’extrême droite. Une réponse au vote flamand qui a placé le Vlaams Belang à la 2e marche du podium.

Près de 6.000 participants annoncés et 23.000 intéressés. Le rassemblement contre le fascisme connait un gros succès sur Facebook. Derrière cet événement, l’organisation antifa Stand Up. Leur but: affirmer que “l’extrême droite n’a pas sa place ni dans les parlements et gouvernements, ni dans nos rues”. Tant en Belgique qu’en Europe. Ce front uni entend donc se mobiliser, “tant que nécessaire et sur tous les terrains possibles”.

Cette montée de l’extrême droite, ils l’expliquent par “la multiplication des mesures répressives, racistes, sexistes et antisociales”. Elles seraient une atteinte “à nos droits fondamentaux qui nous font glisser vers un régime plus autoritaire et inégalitaire.”

Utile?

Quand on se place à l’autre bout du spectre politique, on n’a évidemment pas le même point de vue. Sans doute que pour beaucoup d’électeurs d’extrême droite, ces “mesures répressives” ne sont justement pas encore assez suffisantes. Au-delà, quel effet peut avoir ce genre de marches sur leur comportement électoral? Cela ne produirait-il pas l’inverse du but recherché, en braquant chacun dans ses positions?

La politologue Caroline Van Wynsberghe ne voit pas l’intérêt d’une telle manifestation. En comparant l’efficacité des marches pour le climat, toute relative, elle enjoint plutôt de comprendre le vote d’extrême droite et d’y apporter une réponse politique aux électeurs. “La stigmatisation, les programmes de déradicalisation et la répétition à l’envi qu’il faut se conformer à nos valeurs qui reposent sur la démocratie et les droits de l’homme ne suffiront pas”, a-t-elle conclu.

Un constat assez dur toutefois. Les marches pour le climat ont par exemple permis de mettre ce débat au premier plan durant la campagne. Et cela s’est traduit partiellement en votes, pour Ecolo, et pour Groen dans une moindre mesure. Pas sûr par contre que cette marche contre le fascisme ait la moindre influence sur le vote de leurs adversaires.

Reste à savoir si les partis d’extrême droite peuvent finalement se présenter aux élections et, le cas échéant, participer au pouvoir. Un débat qui n’est pas vraiment tranché chez nous. Les partis très à droite sont bien présents mais font l’objet d’un cordon sanitaire.

Facebook Stand Up

Articles sponsorisés