Plus de 1.000 clandestins arrêtés à la frontière mexicaine, Trump en fait des caisses Twitter

Plus de 1.000 clandestins arrêtés à la frontière mexicaine, Trump en fait des caisses Twitter

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la police des frontières américaines a réalisé un gros coup de filet près d’El Paso à la frontière. Plus de 1.000 clandestins ont été arrêtés, un record. Il n’en fallait pas plus pour que Donald Trump en joue sur Twitter et en profite pour adresser une petite pique à ses amis démocrates. 

Nouveau record pour la police des frontières américaine. Ce jeudi, Donald Trump a annoncé que 1.036 personnes ont été arrêtées à la frontière mexicaine. C’est évidemment sur Twitter que le président a fait son annonce, vidéo de l’arrestation à l’appui.

« Hier, les agents de la police aux frontières ont interpellé le plus grand groupe d’étrangers illégaux à ce jour: 1.036 personnes qui ont franchi illégalement la frontière à El Paso (Texas, ndlr) à 04H00 » a-t-il tweeté. Mais Donald Trump ne serait pas Donald Trump s’il ne s’en prenait pas à ses amis démocrates: « Les démocrates doivent défendre notre incroyable police aux frontières et enfin colmater les brèches à notre frontière. » Dans ce groupe de clandestins, on retrouvait majoritairement des familles, mais aussi des mineurs non accompagnés.

Nouveaux tarifs douaniers

Depuis son investiture, la frontière mexicaine est au coeur du mandat de Donald Trump. Et ce depuis la campagne avec sa fameuse promesse de construire un mur séparant le Mexique et les États-Unis. Celui-ci n’a toujours pas vu le jour et la procédure est bloquée depuis des mois grâce ou à cause des démocrates, farouches opposants à ce projet très coûteux.

Alors, à défaut d’avoir son mur, Donald Trump a d’autres projets pour la frontière mexicaine. Il a en effet annoncé que les USA allaient imposer des tarifs douaniers de 5% sur tous les produits en provenance du Mexique et ce dès le 10 juin prochain. Mais ce n’est pas tout: si le Mexique ne fait pas d’effort pour limiter le flux d’immigrés clandestins, ces tarifs douaniers augmenteront de 5% tous les mois.

Le président mexicain a déjà réagi à cette décision jugée « désastreuse » en invitant son homologue à discuter: « Je vous informe que je ne veux pas la confrontation (…) Je propose d’approfondir le dialogue, de rechercher des alternatives au problème de l’immigration. »

Pas convaincu

Donald Trump avait promis une annonce majeure concernant la frontière, « quelque chose de vraiment spectaculaire », et il l’a fait. Cependant, ce choix ne fait pas vraiment l’unanimité, même dans le camp du président. C’est en tout cas ce que rapporte le Washington Post: plusieurs membres de l’administration Trump estiment à juste titre que cette décision va enrayer le processus de ratification du nouvel accord de libre-échange entre les États-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC).

Mais selon le chef de cabinet de la Maison-Blanche Mick Mulvaney, il n’y a aucun risque, car on est sur deux choses bien distinctes: « Ce ne sont pas des tarifs douaniers dans le cadre du conflit commercial, ce sont des tarifs douaniers dans le cadre du problème d’immigration. » Il n’empêche qu’en plus de la Chine, Donald Trump s’en prend également au Mexique en termes de tarifs douaniers et commence à se faire pas mal d’ennemis.

Articles sponsorisés