Participera ou participera pas? L’heure de vérité pour le PTB

Participera ou participera pas? L’heure de vérité pour le PTB

Accusé par des témoignages sévères sur son fonctionnement en interne, le PTB est à un tournant. Sa participation au pouvoir en Wallonie doit bientôt être décidée. Mais malgré les nombreux appels pour une coalition la plus à gauche possible, on n’en prend pas vraiment le chemin. 

Le PTB ne participera pas à une coalition au niveau fédéral. Car de nombreux partenaires, tant flamands que francophones, ne veulent tout simplement pas avoir affaire au parti communiste. Au même titre que le Vlaams Belang, le PTB n’a d’ailleurs pas été entendu par les deux informateurs royaux Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a). “Un signal alarmant”, s’offusque alors Raoul Hedebouw. Le porte-parole du parti de gauche radicale explique “que les partis traditionnels n’ont rien intégré des résultats”.

Il est vrai que les deux plus belles progressions dans le sud du pays et à Bruxelles sont à mettre au crédit du PTB et des écologistes (et du VB au nord). Si Ecolo a toujours fait partie des petits papiers du PS, toujours première force politique côté francophone, ce fut beaucoup moins le cas du PTB.

Pourtant, le retrait du cdH de la course aux majorités aurait pu redistribuer les cartes. En tout cas en Wallonie, où une tripartite est toujours recherchée. La fameuse coalition PS-Ecolo-PTB, souhaitée à qui veut l’entendre par la FGTB, et tout dernièrement par un collectif associatif et de professeurs d’université, avait une voie royale.

Mais ça se complique sérieusement, comme on a pu encore s’en rendre compte ce matin sur les ondes de La Première. Raoul Hedebouw était reçu par Thomas Gadisseux: “C’est le calme plat au niveau des téléphones. Ça se limite aux rencontres officielles”, explique le porte-parole du PTB. De rencontre, il est d’ailleurs question ce mardi avec le PS à 11 heures.

“Nous y allons avec notre programme. On espère pouvoir aboutir à quelque chose de gauche pour le pays. Mais voilà, on n’est pas dupes non plus du côté du PTB”. Car les communistes semblent s’être fait une raison. Une majorité arc-en-ciel PS/MR/Ecolo, voire une bipartite PS/MR, ont pour l’instant la faveur des pronostics en Wallonie.

Articles sponsorisés