Où sont ces enfants migrants dont on a perdu la trace? Quelque part dans l’industrie européenne du sexe apparemment

Où sont ces enfants migrants dont on a perdu la trace? Quelque part dans l’industrie européenne du sexe apparemment

Ils seraient 10.000 ces enfants migrants dont on ignorait où ils pouvaient bien se trouver. Maintenant, on le sait: une grande partie d’entre eux aurait fini dans l’industrie européenne du sexe. C’est Europol qui le confirme et le Parlement européen veut passer à l’action dès aujourd’hui.

C’est déjà Europol qui avait annoncé que 10.000 enfants migrants manquaient à l’appel ces deux dernières années. Nul ne savait où ils étaient. Maintenant, Europol dit le savoir: ces enfants seraient tombés aux mains de l’industrie européenne du sexe, par l’entremise du crime organisé. “La plupart, donc pas tous des mineurs, sont aux prises avec le crime organisé”, explique Neumann, à la tête de Europol, “et très souvent c’est pour de l’exploitation sexuelle”.

10.000? Ça pourrait être bien pire encore

On parle de 10.000 enfants disparus en Europe mais l’Allemagne annonce déjà 5.000 sur son seul territoire. Et d’autres États membres devraient annoncer prochainement leurs chiffres.

C’est cynique mais ce ne serait, hélas, que trop vrai: les pays d’Europe ont beaucoup lutté ces dernières années contre l’exploitation sexuelle des mineurs. Les trafiquants, en quête d’une alternative, auraient donc jeté leur dévolu sur ces migrants enfants.

Ces enfants mineurs non-accompagnés débarquent en Europe et, alors qu’ils sont en quête d’un contact avec leur famille ou d’une structure d’accueil, ces sont les trafiquants qui s’en approchent. Georgia Dimitropoulou, de l’Agence européenne pour les droits fondamentaux, explique ainsi que: “Aucun enfant ne reste si il n’est pas accueilli. Il a peur qu’on lui refuse sa demande d’asile, il veut s’assurer une place dans la société, il veut gagner de l’argent.(…)”. Si le manque de structure d’accueil pose problème, le manque d’information de la police aussi: une disparition est souvent rapportée trop tard, si déjà elle est rapportée. Or, à chaque seconde qui passe, la chance de retrouver l’enfant disparu diminue.

Pour Neumann, il n’y a pas de solution magique mais Europol pourrait, avec plus de moyens, s’attaquer aux trafiquants humains.

Source: De Morgen

Articles sponsorisés