« Mme Fillon, rendez-nous ces 500.000 euros »: la pétition qui doit bien faire ch**r le candidat français à la présidence

« Mme Fillon, rendez-nous ces 500.000 euros »: la pétition qui doit bien faire ch**r le candidat français à la présidence

Le grand vainqueur de la primaire de la droite française a un énorme caillou dans sa godasse: les rémunérations non justifiées de sa femme Pénélope. Au total, 500.000 euros d’argent public ont été versés à Pénélope pour une fonction qu’elle affirme n’avoir jamais remplie, a révélé cette semaine Le Canard Enchaîné. Du coup, une pétition demande que sa femme rembourse cet argent.

« Mme Penelope Fillon, votre mari et son suppléant assurent que vous avez été leur attachée parlementaire de 1998 à 2006. Peut-être ne le saviez-vous pas, et que vous l’avez découvert comme nous en tombant par hasard sur le Canard Enchaîné [un journal satirique français]. »

C’est avec ces mots que débute la pétition demandant à Pénélope Fillon, la compagne du candidat français à la présidence, de rembourser les 500.000 euros qu’elle aurait touché de l’argent public français. La pétition a déjà récolté plus de 120.000 signatures et elle doit sans doute salement ennuyer François Fillon. Parce que se présenter à la présidentielle avec une si grosse casserole, c’est plutôt gênant.

PenelopeGate

Au total, 500.000 euros d’argent public auraient été versés pour cet emploi d’attachée parlementaire. Le problème, c’est que Pénélope Fillon a affirmé dans différentes interviews n’avoir « jamais été impliquée dans la vie politique » de son mari. Une histoire dont les médias français se sont emparés depuis quelques jours avec beaucoup d’ironie et que Twitter a déjà renommé le #PenelopeGate.

« C’est une question de morale et d’éthique », ajoute le politicien Christophe Grébert, à l’origine de la pétition. « Si vous n’avez pas effectué réellement ce travail d’attachée parlementaire, nous vous demandons de rembourser ces 500.000 euros à l’Assemblée Nationale et donc à nous, le peuple français. » Faites chauffer le pop-corn, cette histoire risque d’être amusante.

Articles sponsorisés