Mignonnes, le film à la base du #CancelNetflix

Affiche Mignonnes

Au tour de Netflix d’être visé par la Cancel Culture. Le #CancelNetflix est en trending depuis quelques jours. En cause, l’énorme bad buzz autour du film Mignonnes (Cuties en anglais). Le géant du streaming est accusé par de nombreux internautes de sexualiser de mineurs, voire de véhiculer des images pédopornographiques. Comment expliquer cet événement qui coûte de nombreux désabonnements pour Netflix ?

Commençons par expliquer ce que raconte le film Mignonnes. L’histoire est celle d’Amy, qui pour intégrer une bande de filles, va s’initier aux danses populaires sur les réseaux sociaux. Au fil du temps, les danses vont devenir de plus en plus sensuelles. Les jeunes filles vont prendre conscience de leur corps et vont vouloir s’habiller « comme les grands » ou comme les stars des réseaux sociaux. Petit spoiler obligatoire pour comprendre la suite : à la fin du film, elles réalisent une chorégraphique hyper sexualisées et vraiment très malaisante, pendant laquelle elles vont se rendre compte de gestes choquants qu’elles ont faits et surtout du regard très gênants des hommes sur elles.

Lorsque Maïmouna Doucouré, la réalisatrice, a créé ce film, elle voulait montrer l’hypersexualisation des jeunes filles. Elle voulait dénoncer toute la pression imposée sur elles : elles doivent être sexy, mais pas trop sinon c’est vulgaire. Et elle voulait mettre en image ce moment, au début de l’adolescence où une fille prend conscience de son corps de femme et de sa place dans la société. Mignonnes est un film social qui montre – peut-être de manière un peu trop crue – ce qu’il se passe réellement dans la tête d’une enfant à 11 ans.

Les affiches

Le film Mignonnes est au cinéma depuis le 19 août et vient de débarquer sur Netflix. L’affiche française est simple : 4 jeunes filles, qui ont fait du shopping et qui lancent des confettis. On voit quelques sous-vêtements, mais apposés sur les habits des fillettes, ce qui n’est pas choquant. Mais pour l’affiche américaine, Netflix a fait le choix de reprendre une scène du spectacle finale, où les héroïnes sont dans des poses suggestives et qu’elles se rendent compte de ce qu’elles font.

Et ça a déclenché un tollé général sur les réseaux sociaux. Cette scène qui a pour but de choquer, a eu l’effet escompté. Mais sortie du contexte, la photo fait très mauvais genre. Pour les internautes, le film sexualise de manière indécente des jeunes filles. Depuis, la plateforme a changé l’affiche, affirmant que l’ancienne image n’était pas « une représentation précise du film ».

Mais Netflix indique aussi qu’il s’agit d’un film 18 ans et plus, certainement à cause des positions suggestives que prennent les adolescentes. Toutefois, cela reste un film où les personnages principaux ont à peine 11 ans. Il reste étrange que des jeunes de leur âge ne puissent pas voir ce film. Certains internautes n’ont pas hésiter à qualifier le film de pédopornographie.

La religion

Dans Mignonnes, Amy, le personnage principal, est noire et musulmane. Elle est tiraillée entre ce qu’elle voit à l’école et les traditions familiales. Ces traditions sont considérées comme trop strictes par la jeune fille et elle ne s’y reconnait pas dedans. Et finalement, le film donne, au début, une image quelque peu négative de la religion musulmane. C’est au point où les internautes l’ont qualifié d’islamophobe.

Boycott

Si le bad buzz a permis de faire découvrir le film à des personnes qui ne l’aurait pas regardé de base, il n’a clairement pas servi les intérêts de Netflix. Aujourd’hui, une énorme campagne de boycott, qui s’apparente à de la Cancel Culture, vise directement le site de streaming. #CancelNetflix est en top tendance aux États-Unis.

Une pétition a été lancée sur le net pour demander aux abonnés Netflix de supprimer leur adhésion à la plateforme. Plus de 600.000 personnes l’ont déjà signé. Cela ne veut pas dire que Netflix a perdu 600.000 abonnés. Mais ce nombre impressionnant laisse sous-entendre que ce film aura un impact négatif sur les chiffres du site.

Articles sponsorisés