Malin! Patrick Dewael préside la Chambre depuis sa place de député pour ne pas offrir une tribune à Dries Van Langenhove

La Chambre

Depuis hier, les députés tentaient de trouver une solution pour ne pas offrir une tribune à l’inculpé et député Vlaams Belang Dries Van Langenhove. Patrick Dewael (Open VLD), président de la première séance, semble avoir trouvé la parade.

C’est le règlement: lors de la prestation de serment des députés, le plus âgé d’entre eux est invité à présider la première séance plénière de la nouvelle législature, assisté des deux plus jeunes. Parmi eux, un certain Dries Van Langenhove (VB), récemment inculpé pour racisme et négationnisme, et qui monopolisait toute l’attention, tant médiatique que politique.

Chaque élu y allait de son idée pour empêcher le jeune homme de triompher. Zakia Khattabi (Ecolo) menaçait de ne pas prêter serment, “une démarche personnelle”, expliquait-elle devant les critiques, d’autres choisissait d’arborer un triangle rouge en signe de protestation. Tandis que Melissa Hanus (PS), l’autre jeune députée, préférait ne pas partager la même estrade que son ennemi politique en restant à sa place dans l’hémicycle.

La prestation de serment

L’intéressé? Provocateur comme toujours: “Le peuple choisit ses représentants et le peuple m’a élu. La gauche doit enfin apprendre à respecter la démocratie. Jeudi, je siégerai à l’avant (aux côtés de Patrick Dewael)” s’épanchait-il dans un tweet.

Et puis est arrivé le moment fatidique: l’ouverture de la première séance. Et surprise, le libéral Patrick Dewael (Open VLD) annonce présider la séance depuis son siège de député. Une belle astuce qui permettra à chacun de rester à sa place et de ne pas mettre à l’honneur un élu controversé sans le victimiser.

Une décision saluée par tous les députés, sauf au Vlaams Belang bien sûr. De son côté, au micro de la VRT, Dries Van Langenhove (VB) a taclé le président du jour: “Patrick Dewael n’a pas eu le courage de prendre sa place au perchoir et d’appliquer le règlement.” Zakia Khattabi a elle prêté serment, sa volonté ayant été respectée.

Le reste de la séance s’est passée sans encombre. Certains élus préférant prêter serment dans les trois langues, d’autres dans deux et certains dans une. On vous laisse deviner de quels partis ils provenaient.

Articles sponsorisés