Malgré les scandales, Justin Trudeau est parti pour un deuxième mandat au Canada

EPA

Les résultats ne sont pas encore tout à fait officiels mais toutes les estimations et projections vont dans la même direction: Justin Trudeau va conserver sa place de Premier ministre canadien. Par contre, son parti n’obtiendra pas la majorité absolue au Parlement. C’est donc une victoire en demi teinte.

Une victoire en demi teinte mais une victoire quand même pour Justin Trudeau, 47 ans, qui va ainsi se lancer dans un second mandat de Premier ministre canadien. Il a remporté le scrutin face Andrew Scheer, 40 ans. Mais si Trudeau garde son poste de Premier ministre, son parti perd la majorité absolue au Parlement qu’il avait acquise lors des élections de 2015.

Du coup, le jeune Premier ministre va devoir s’allier avec d’autres petits partis pour disposer des sièges nécessaires pour former une majorité. Selon les différentes chaînes de télévision locale, son parti libéral devrait empocher 160 sièges sur 338. En 2015, ils disposaient d’une confortable majorité avec 177 sièges.

Black Face

En tout cas, même sans résultats définitifs, Donald Trump a déjà salué la victoire de Trudeau et se dit heureux de pouvoir continuer à bosser avec lui. Et ce n’était pas gagné car ces dernières semaines et derniers mois, Trudeau était au coeur de plusieurs scandales. Le plus récent concerne cette fameuse photo datant du début des années 2000 où l’on aperçoit le Premier ministre déguisé en personne d’origine africaine. Cette histoire est véritablement devenue une affaire d’état au Canada et l’image de Trudeau a pris un sacré coup. Ça se ressent d’ailleurs dans les résultats de son parti qui perd des sièges.

En plus de cette histoire de black face, Trudeau était empêtré dans un scandale d’ingérence politique dans une affaire judiciaire. Bref, cette campagne était largement plus difficile qu’en 2015, année où Trudeau pouvait jouer à fond sur son âge pour convaincre et séduire les électeurs. Cette année, il a du exploiter les réussites de son premier mandat: économie solide, cannabis légalisé, taxe carbone, accueil de dizaines de milliers de réfugiés syriens, accords de libre-échange signés avec l’Europe ou les Etats-Unis et le Mexique…

Son adversaire, M. Scheer, lui a un peu faciliter la tâche en ayant des positions bien trop radicales comme une hostilité à l’avortement, par exemple.

Articles sponsorisés