Magnette est au pied du mur: dernier jour pour le CETA mais toujours pas d’accord en vue

Magnette est au pied du mur: dernier jour pour le CETA mais toujours pas d’accord en vue

Toujours pas d’accord pour le CETA, le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, mais “le travail continue” a indiqué Paul Magnette (PS). Ce matin, le comité de concertation se réunit à 8 heures. Même si Magnette ne veut pas d’un autre ultimatum, le temps presse: le sommet entre l’UE et le Canada pour signer le traité doit se dérouler demain.

“Le travail continue”, a indiqué Paul Magnette (PS), le ministre-président wallon. Voilà à peu près tout ce qu’on peut dire après la réunion intrabelge qui s’est déroulée hier à propos du CETA, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Le négociateur en chef de la Commission européenne et le représentant permanent de la Belgique auprès de l’UE étaient également présents. La réunion a débuté à 16h et s’est achevée vers 22h, mais toujours pas de fumée blanche à l’horizon. Quelques avancées ont été réalisées selon les témoignages de plusieurs participants à l’agence Belga mais on est loin d’un accord.

Il n’est pas encore question de signer

Mais ce qui était discuté hier, ce n’est pas vraiment la signature de l’accord en tant que tel. La Wallonie n’en n’est pas encore là. Il est plutôt question de débroussailler le sujet afin de se mettre d’accord sur ce qu’il faut demander à l’UE et pouvoir reprendre les discussions. “Je n’ai pas du tout posé la question de savoir si on pouvait ou non signer un accord. Ce que j’ai tenté de faire, c’est de mettre tous les textes en ordre pour dire à nos collègues européens ‘voilà de quoi nous souhaitons parler” a déclaré Paul Magnette. Ce matin, le comité de concertation se réunit de nouveau. Dans l’idéal, les membres devraient se mettre d’accord sur des textes à présenter à l’UE cet après-midi. Le temps presse. Le sommet entre l’UE et le Canada pour signer le CETA doit se dérouler demain normalement.

Un quatrième ultimatum et c’est la fin

C’est Paul Magnette qui s’est exprimé en premier durant cette réunion. Il a mis en garde: plus de pression, sinon les négociations s’arrêtent. “On a déjà reçu trois ultimatums, on n’en acceptera pas un quatrième, d’où qu’il vienne. Si cela arrive, nous cesserons les négociations, nous ne pouvons pas céder sous la pression. On ne peut pas nous demander de passer outre les procédures de contrôle parlementaire.” Petit clin d’œil à Guy Verhofstadt, le chef de file des libéraux et démocrates au Parlement européen. Il a proposé de faire du CETA un accord non-mixte, qui serait donc exclusivement de la compétence de l’UE. Une bonne manière de contourner la Wallonie si elle ne parvient pas à se mettre d’accord.

Source: Le Soir

Articles sponsorisés