« Ma politique est similaire à ce que le président Obama a fait en 2011 »: Donald Trump défend son décret les yeux fermés

« Ma politique est similaire à ce que le président Obama a fait en 2011 »: Donald Trump défend son décret les yeux fermés

Des milliers de voyageurs sont bloqués dans les aéroports, des juges fédéraux et procureurs généraux sont contre lui, les Américains protestent en masse. Mais Donald Trump maintient son décret qui interdit pendant 90 jours de délivrer des visas aux citoyens en provenance de sept pays musulmans. Le président des États-Unis réaffirme et défend sa position dans un post Facebook aux références plutôt étonnantes.

« Il ne s’agit pas de religion, il s’agit de terrorisme et de maintenir la sécurité dans notre pays ». En signant un décret qui stoppe pendant trois mois la délivrance de visas aux citoyens en provenance de sept pays musulmans, Donald Trump a foutu un gros bordel dans tout le pays. Des milliers de gens se sont retrouvés bloqués dans les aéroports américains, d’autres n’ont pas pu sortir de leur propre pays pour se rendre aux États-Unis. Deux Irakiens ont même été placés en détention à l’aéroport de New York-John F. Kennedy. Mais il n’en a que faire. Il a posté, il y a quelques heures, un message sur son mur Facebook pour réaffirmer son ordre exécutoire. Même si les tribunaux sont contre lui et que les Américains ont organisé des manifestations énormes ce week-end.

Un peu plus tôt dans la journée de dimanche, Trump avait écrit sur Twitter que son décret était nécessaire pour instaurer des « frontières fortes » et éviter « l’horrible pagaille » qui se passe en Europe. Un haut responsable de la Maison-Blanche avait précisé dans la presse qu’il s’agit de mettre en place une politique migratoire qui évite aux États-Unis de connaître des attentats comme ceux qui ont frappé la France, l’Allemagne et la Belgique ces deux dernières années.

Dans sa nouvelle annonce sur Facebook, Trump se défend de tout racisme et tacle (encore une fois) les médias: « pour être clair, ce n’est pas une interdiction aux musulmans, comme les médias le rapportent faussement […] nous garderons [notre pays] libre et nous le garderons sûr, comme les médias le savent mais refusent de le dire ». Il continue de se justifier: « il y a plus de 40 pays à majorité musulmane dans le monde qui ne sont pas touchés par cet ordre ».

Il « imite » Barack Obama

Hier, seize procureurs généraux ont déclaré que son décret était « inconstitutionnel ». Plusieurs juges fédéraux, comme Ann Donnelly du tribunal de Brooklyn, ont statué sur un arrêt temporaire des expulsions des musulmans en ordre de visa. Mais, eux non plus, Trump ne les écoute pas. Dans son post Facebook, il explique que ce sont « les politiques les plus sûres » à mettre en place. Et d’ailleurs: « ma politique est similaire à ce que le président Obama a fait en 2011 quand il a interdit les visas aux réfugiés en provenance d’Irak pendant six mois. Les sept pays ciblés par l’Ordre exécutif sont les mêmes pays que l’administration Obama avaient identifiés comme sources de terrorisme ». Ah bon.

Mais attention, il a « énormément de compassion » envers les personnes impliquées « dans cette horrible crise humanitaire en Syrie ». Il poursuit: « L’Amérique est une nation fière de ses migrants, et nous continuerons à montrer de la compassion envers ceux qui fuient l’oppression, mais nous le ferons tout en protégeant nos propres citoyens et nos frontières. L’Amérique a toujours été la terre de la liberté et la maison des braves ». Et il promet: « Nous délivrerons à nouveau des visas à tous les pays, dès que nous aurons examiné et mis en œuvre les politiques les plus sûres d’ici les 90 prochains jours ».

Après avoir créé le chaos total, Trump assure qu’il finira par aider les gens: « Ma première priorité sera toujours de protéger et de servir notre pays, mais en tant que Président, je trouverai des moyens d’aider tous ceux qui souffrent ». Mais à voir quels moyens…

Voici son post Facebook en entier:

Articles sponsorisés