L’Oklahoma va exécuter ses condamnés avec de l’azote, un procédé utilisé… pour l’abattage d’animaux

L’Oklahoma va exécuter ses condamnés avec de l’azote, un procédé utilisé… pour l’abattage d’animaux

Après avoir tenté pendant des mois d’obtenir des injections létales des sociétés pharmaceutiques, les autorités de l’Oklahoma ont annoncé mercredi qu’elles allaient utiliser de l’azote pour exécuter les condamnés à mort. 

L’Oklahoma tient vraiment à exécuter ses condamnés. Cet État américain fait partie de la trentaine qui pratiquent encore la peine de mort, mais qui se sont retrouvés bloqués ces dernières années à cause d’une pénurie de produits létaux.

La solution trouvée par le procureur général de l’Oklahoma? L’inhalation forcée d’azote. Une méthode jusqu’ici jamais testée aux États-Unis mais qui devrait permettre aux autorités de passer outre le refus des firmes pharmaceutiques, en majorité européennes, de fournir des produits mortels aux prisons américaines.

Chambres à gaz

L’inhalation forcée d’azote est habituellement utilisée pour l’abattage d’animaux. La mort est provoquée par hypoxie, soit par raréfaction d’oxygène, et elle se pratique dans une sorte de chambre à gaz. Selon ses défenseurs, cette méthode serait beaucoup moins douloureuse pour les condamnées que les injections létales.

« Nous avons opté pour cette méthode, car il est établi que les États dans tout le pays éprouvent de grandes difficultés à se procurer des substances pour les injections létales », a déclaré le procureur général Mike Hunter. Effectivement, le laboratoire pharmaceutique Hospira, qui était le seul fournisseur américain officiel de thiopental, a cessé en 2011 de produire cette injection létale. Il s’était justifié à l’époque en expliquant produire « pour les hôpitaux, pas pour les exécutions capitales ». Du côté des labo européens, c’est l’embargo depuis plusieurs années.

Sans précédent

Quelques voix se sont élevées pour appeler à la prudence devant cette utilisation. Dale Baich, un avocat représentant des condamnés à mort de l’Oklahoma, s’est demandé si ce nouveau procédé était efficace: « Qui sont les experts en azote et en hypoxie par l’azote qui vont être consultés ? Quelles sont les études menées par l’État pour s’assurer de la sécurité et de la légalité de ce nouveau processus? »

D’autres États ont déjà recours aux chambres à gaz pour leurs exécutions: l’Arizona, la Californie et le Missouri et le Wyoming. Depuis 1976, les États-Unis ont ainsi déjà mis à mort 11 condamnés avec cette méthode. Mais aucun État américain n’avait déjà eu recours à l’azote pour le faire: l’Oklahoma sera ainsi le premier à le faire et il pourrait malheureusement ouvrir la voie à d’autres.

iStock

Articles sponsorisés