L’Irak bannit PUBG et Fortnite de son territoire pour préserver les jeunes des “menaces morales”

L’Irak bannit PUBG et Fortnite de son territoire pour préserver les jeunes des “menaces morales”

L’Irak rejoint le cercle très fermé des pays qui voient d’un mauvais oeil la mode des jeux vidéo en mode Battle Royale. Le pays a tout simplement banni PUBG et Fortnite de son territoire pour protéger les jeunes des “menaces morales”. Mais aussi parce que ces jeux n’enseignent pas la bonne façon de combattre, c’est important aussi. 

Les Battle Royale cartonnent partout dans le monde. Mais dans certains pays, ils sont très mal vus. Car plus un jeu fait de bruit, plus il attire l’attention des autorités et des gouvernements. Surtout quand ces derniers demandent une conduite irréprochable de la part de leurs citoyens et surtout des jeunes. C’est exactement ce qu’il s’est passé en Inde mais aussi en Irak plus récemment.

Le parlement irakien a donc voté en faveur en faveur de l’interdiction de jeux vidéo en ligne populaires, dont PUBG et Fortnite, ainsi que des microtransactions. Pour justifier cette décision, les députés ont évoqué sans surprise l’influence négative de ces jeux qui encouragent la violence. C’est d’autant plus important pour les députés que leur pays sort à peine de conflits sanglants.

“Certains jeux électroniques ont des effets néfastes sur la santé, la culture et la sécurité de la société irakienne, incluant des menaces sociétales et morales contre les enfants et les jeunes” peut-on lire dans le texte qui a été voté au parlement irakien.

Mauvaise façon de combattre

Malgré le caractère plutôt léger de Fortnite (pas de sang, graphisme en mode cartoon), c’est donc l’aspect violent des jeux qui est mis en avant par les députés. Mais certaines personnalités puissantes du pays utilisent des arguments plutôt étranges pour justifier le vote du parlement. C’est le cas de Moqtada al-Sadr, un religieux chiite très influent dont la formation politique a remporté pas mal de sièges aux dernières législatives.

Se déclaration concernant PUBG sort tout droit de nul part: “Que gagnerez-vous si vous tuez une ou deux personnes à PUBG ? Ce n’est pas un jeu de réflexion ou une simulation militaire qui vous apprend la bonne façon de combattre”. Donc, les jeux violents c’est ok mais seulement si ils t’apprennent à vraiment faire la guerre visiblement.

Enfin, sommes-nous obligés de rappeler que de nombreuses études n’ont pas réussi à établir un lien entre les jeux vidéo et les comportements violents chez les jeunes? La plus récente date de février et est signée par les scientifiques de l’université d’Oxford. On dirait bien que les députés irakiens sont passés à côté.

Articles sponsorisés