Lier burgers et violences faites aux femmes, Bicky l’a fait dans sa dernière pub

On connaissait la sexualisation du corps des femmes pour vendre des yahourts, on connait maintenant les violences faites aux femmes pour promouvoir un burger. Félicitations Bicky.

Quelle journée cela doit être pour le CM de Bicky Burger. Depuis quatre heures, une publication réalisée en néerlandais et en français a déclenché un outrage généralisé, surtout du côté francophone. Sur l’image postée avec pour but de dénoncer les “faux bicky” qui ne sont pas servis dans une boîte verte, on voit un homme frapper violemment une femme tenant une boîte blanche.

La publication qui touche la réalité brûlante des féminicides qui touche tout autant la France que la Belgique, a déjà reçu plus de 350 commentaires du côté francophone, presque tous dénonçant l’image scandaleuse utilisée pour… vendre des burgers. Quand on ne sexualise pas le corps de la femme pour promouvoir des yahourts, on arrive à le violenter au nom des “vrais” burgers.

Capture d’écran Facebook (15h30)

Une différence de réaction entre francophones et flamands

Dans les commentaires, on retrouve un outrage fort, et difficile de trouver un seul message qui mentionne le but initial de la publication. On se permet de le noter car, dans la version néerlandophone de l’image, les choses sont bel et bien différentes.

Les quelques commentaires choqués néerlandophones se comptent sur les doigts d’une main. Certains blaguent sur le fait que le CM va se faire virer, d’autres mentionnent le terme “féministes énervées” et l’engouement est de toutes façons bien moindre comparé à la réaction francophone: seulement 75 commentaires.

Difficile de trouver une explication. La thématique des féminicides est en ce moment un sujet fort en francophonie et la Belgique francophone est inévitablement touchée par la culture française qui organise son Grenelle sous l’égide de Marlène Schiappa en ce moment. Cela ne suffit pas à expliquer la différence de traitement, mais c’est une piste quand on parle de différence culturelle entre flamands et francophones (également illustrée par le retrait du gouvernement flamant d’Unia).

#Balancetonburger

Quoi qu’il en soit, la polémique est lancée et s’exporte de Facebook. Sur Twitter, le site français Pépite Sexiste, qui relaie les images de publicités discriminantes basée sur le genre, a d’ailleurs relayé l’image avec un simple commentaire: “what the…”, accompagné d’un hashtag: #Balancetonburger.

Ils sont plusieurs à réclamer la suppression du post, certains allant jusqu’à signaler la publicité pour violences au Jury d’Ethique Publicitaire.

C’est vrai que réussir à lier violences faites aux femmes et burgers… C’est une prouesse en un sens. Un peu comme réussir à lécher son coude. Mais bon, ça reste sans intérêt et on s’en passerait volontiers si ça encourageait la banalisation des féminicides.

{ "slotId": "", "unitType": "responsive", "pubId": "pub-2073975365497591", "resize": "auto" }

Articles sponsorisés