Les socialistes voudraient exclure l’Open vld: les petits jeux d’influence ont commencé au fédéral

epa

La formation des gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles en bonne voie, le PS peut maintenant se concentrer sur le fédéral. Dans De Standaard, plusieurs élus socialistes ont manifesté leur volonté d’exclure les libéraux en cas d’alliance avec la N-VA. Mais leur réelle volonté est sans doute différente.

PS et N-VA se sont rencontrés une première fois. À la table, Bart De Wever, Jan Jambon et Theo Francken d’un côté, de l’autre Elio Di Rupo et Paul Magnette. Réelles intentions ou pas de dégager une solution, l’objectif des deux informateurs royaux est toujours d’accoupler les deux partis que tout oppose. Mais Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont précisé hier en conférence de presse qu’ils n’entameront le tour de table qu’avec les partis qui seront nécessaires.

Une information qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Les socialistes ont franchi une étape: plusieurs membres du PS et du sp.a envisageraient d’exclure l’Open VLD. Les libéraux flamands ne sont en effet pas indispensables dans une future coalition bourguignonne: N-VA (25), PS (20), MR (18), CD&V (12), Open Vld (12) et sp.a (9) comptent 92 sièges alors que 72 suffisent.

Mais c’est sans doute un jeu de dupe. La volonté première du PS est toujours de former un gouvernement arc-en-ciel avec les Verts et les libéraux, éventuellement complété par le CD&V. Or, on sait les libéraux flamands très peu emballés de se retrouver dans une coalition plus à gauche qu’à droite, avec la N-VA et le VB prêts à bondir sur le moindre couac de la future coalition.

Preuve que qu’on est en plein jeu d’influence, en coulisse, il se dit que le PS offrirait le poste de Premier ministre à Gwendolyn Rutten (Open VLD) en cas de coalition arc-en-ciel. Cette dernière ne serait d’ailleurs pas contre le fait de devenir la première femme à accéder à la fonction exécutive suprême. Mais il pourrait s’agir d’un jeu dangereux pour les libéraux, tout le monde n’est pas convaincu du bien-fondé de cette opportunité au sein l’Open VLD.

Brouillage des pistes

Le message des socialistes adressé aux libéraux reste toutefois flou. Du côté du PS, on tente en tout cas maintenant de minimiser cette information. Certains membres ont affirmé à La Libre que cette fuite était erronée, après que la ministre du Budget et peut-être future Première ministre intérimaire Sophie Wilmès ait vivement réagi à cette tentative d’exclusion.

Tentative manquée ou pas, rien ne devrait bouger avant la formation d’un gouvernement flamand dans une dizaine de jours. Pour rappel au nord du pays, c’est la coalition suédoise qui tient la corde (N-VA, Open VLD, CD&V).

Articles sponsorisés