Les employeurs belges, les plus favorables au télétravail d’Europe

Suite à la pandémie, le travail hybride est souvent présenté comme la nouvelle norme au sein des entreprises. Mais comment la Belgique se place-t-elle par rapport aux autres pays européens? Combien de jours les Belges travaillent-ils depuis chez eux et quels sont leurs jours préférés pour se rendre au bureau?

Depuis la pandémie, le télétravail s’est durablement ancré dans nos vies, avance-t-on souvent. Et c’est bien le cas, comme le montre une nouvelle étude publiée par SD Worx, une entreprise spécialisée dans les ressources humaines. À l’échelle de l’Europe, les employeurs belges sont même ceux qui autorisent le plus les employés à travailler depuis leur domicile.

Avec 46,4% des employés se déclarant autorisés à télétravailler, la Belgique se place devant l’Allemagne (45,9%) et les Pays-Bas (45,3%). En Espagne, seuls 28,2% des employés se disent autorisés à télétravailler. Au Royaume-Uni (34%) et en France (36%), les employés n’ont pas toujours non plus la possibilité de travailler depuis chez eux.

Nombre de jours

Les travailleurs belges préfèrent en moyenne prester 2,68 jours par semaine depuis chez eux. Avec cette moyenne, la Belgique n’est pas leader à niveau européen, mais se situe dans la moyenne (2,63 jours), avec l’Allemagne, l’Italie et la Suède. Les Néerlandais (2,21 jours à domicile), les Français (2,31) et les Norvégiens (2,36) aiment le plus se rendre au bureau. En Espagne, les employés préfèrent en moyenne travailler 3,05 jours depuis leur domicile (devant la Finlande et le Royaume-Uni). Même si les employés autorisent le moins le télétravail, les Espagnols sont ainsi ceux qui préfèrent le plus travailler depuis leur domicile.

Les Espagnols sont également les plus favorables à la semaine entière prestée depuis chez soi : un quart des répondants indique les cinq jours de télétravail comme préférence. En Belgique, seuls 9,2% des répondants préfèrent travailler cinq jours depuis chez eux. A l’opposé, seuls 5,1% préfèrent se rendre au bureau tous les jours.

Des tendances se distinguent également dans les préférences des jours de la semaine. Le lundi et le vendredi, les employés préfèrent travailler depuis chez eux, et le mardi et le jeudi la présence au bureau remporte le plus de points.

Des avantages et des inconvénients

Après deux ans de pandémie, les employés belges semblent avoir pris goût au fait de travailler depuis leur domicile. L’étude montre que pour 79% des personnes, le télétravail est une meilleure conciliation de la vie privée et de la vie professionnelle. Pour 69%, il y a plus d’avantages que d’inconvénients, 66% se sentent plus productifs à domicile, et 60% encore trouvent aussi le travail d’équipe plus performant si chacun est chez soi.

Des inconvénients persistent pour certains, cependant. 54% des sondés disent travailler plus longtemps chez eux, 54% se sentent obligés d’être disponibles à tout moment, 24% se sentent plus contrôlés par leurs supérieurs, un répondant sur cinq rencontre plus de problèmes mentaux, un sur trois dit manquer de contacts sociaux et un autre tiers encore rencontre des problèmes ergonomiques. Un autre inconvénient concerne encore les finances personnelles : deux tiers des personnes estiment qu’ils font face à des frais supplémentaires qui ne sont pas remboursés par l’employeur.

Pour la plupart de ces éléments, avantages comme inconvénients, la Belgique dépasse la moyenne européenne.

Selon l’étude, les employeurs s’adaptent à ce changement structurel, et essaient de mettre en place des solutions pour trouver une balance. « Nous sommes à un point de basculement. Les employeurs déterminent les meilleures règles : quand venir au bureau, pourquoi et comment cela s’inscrit-il dans le cadre du travail d’équipe, s’agit-il d’une réunion hebdomadaire, d’une réunion avec les collègues, ou encore organisez-vous un petit-déjeuner avec l’équipe ? Ici aussi, nous constatons qu’il est important de personnaliser et de prendre en compte les souhaits du salarié pour parvenir à une « adéquation parfaite ». Il n’y a pas de « taille unique », comme le montre notre étude », analyse Katleen Jacobs de SD Worx.

Trouver le bon équilibre permet même aux entreprises de se distinguer. « Investir du temps dans ce domaine est payant. La flexibilité en termes d’horaires, de temps et de méthode de travail figure parmi les cinq principales raisons de choisir une organisation et de rester engagé, tant pour les employés que pour les employeurs », continue Katleen Jacobs.

L’étude a été menée en mars sur 10.000 employés, dans 10 pays. En Belgique, 1.089 personnes ont été interrogées.

Lire aussi:

Plus
Lire plus...