Les écoles de New-York vont excuser les élèves qui iront marcher pour le climat aux côtés de Greta Thunberg

epa

Le 20 septembre prochain, des milliers d’étudiants envahiront les rues new-yorkaises pour manifester en faveur du climat aux côtés de Greta Thunberg venue en voilier pour l’occasion. Les étudiants sècheront donc les cours mais sans culpabilité puisque les écoles de la ville excuseront leur absence.

C’est déjà le cas en Belgique: les écoles ne sanctionnent pas les élèves qui décident de sécher les cours pour participer aux marches Youth for Climate. Le 20 septembre prochain, une marche similaire aura lieu dans les rues de New York avec Greta Thunberg en tête de peloton.

Mais bonnes nouvelles pour les craintifs qui avaient peur d’être sanctionné par leur école: tous les élèves seront excusés et pourront donc manifester l’esprit léger. C’est le maire de la ville, Bill de Blasio, farouche opposant à Donald Trump qui l’a confirmé. Les 1700 écoles publiques gérées par son administration ne sanctionneront pas les élèves militants.

Nous applaudissons nos élèves quand ils prennent la parole de façon respectueuse et pacifique, sur des sujets qui leur tiennent à coeur

L’administration scolaire de New York

Grosse mobilisation

En tout, les écoles publiques new-yorkaise comptent 1,1 millions d’élèves de la maternelle à la terminale. Cela ne compte donc pas tous les élèves issus d’écoles privées qui eux, ne seront pas excusés jusqu’à preuve du contraire. Bien évidemment, ils ne seront pas tous dans les rues le 20 septembre prochain. Difficile de dire combien ils seront mais une des organisatrices de l’évènement,  Alexandria Villasenor, évoquait un chiffre de 30.000 personnes.

Un chiffre pas si élevé que ça puisqu’on avait fait mieux à Bruxelles: 35.000 personnes le 24 janvier dernier. Qu’importe. Lors d’une conférence de presse, un coordinateur de l’évènement a d’ores et déjà annoncé qu’on allait assister à “la plus grande journée d’action pour le climat que le monde ait jamais vue”. Ce rassemblement aura pour but de faire bouger les choses et d’interpeller les plus grands dirigeants du monde qui se rassembleront le 23 septembre prochain pour un sommet de l’ONU, à New York justement.

Articles sponsorisés