Les e-mails de Clinton: mais de quoi parle-t-on?

Les e-mails de Clinton: mais de quoi parle-t-on?

Vendredi soir, le FBI a annoncé qu’il allait rouvrir l’enquête sur la fameuse fuite d’e-mails, cette histoire qui incluent des dizaines de milliers d’e-mails et qui a pourri la campagne de Hillary Clinton. Le directeur du FBI James Comey a écrit dans une lettre au Congrès américain qu’ils allaient examiner les mails pour vérifier s’ils contenaient des informations qui relèveraient du secret d’état. C’est tout bénéf pour Donald Trump et plutôt gênant pour Clinton, onze jours avant les élections. Mais au final, c’est quoi cette histoire de mail?

Quand elle était ministre des Affaires étrangères aux États-Unis (2009-2013), Hillary Clinton a utilisé un serveur privé, et non celui de son ministère, pour envoyer des mails d’affaires. Cela a soulevé de nombreuses questions concernant à la fois la sécurité et les motifs de Clinton.

Ses opposants l’ont accusé de protéger ses mails pour qu’ils ne finissent pas dans les archives publiques. D’autres l’ont accusé de mettre la sécurité nationale en danger parce que le serveur privé n’était pas suffisamment sécurisé.

Des dizaines de milliers d’e-mails sont passés par ce serveur. Selon Clinton, il n’y avait pas d’informations sensibles dans ces courriers.

Excuses

Les grosses critiques sont arrivées en 2014. Clinton a saisi ses avocats pour définir clairement quels mails relevaient du privé et lesquels étaient d’importance publique. Les mails privés ont alors été effacés du serveur.

Plus tard, il est apparu que plusieurs dizaines des mails envoyés concernait des sujets secrets ou même classé comme “top secret”.

En septembre de l’année dernière, Clinton a présenté ses excuses pour l’utilisation du serveur privé. “Ce fut une erreur. Je suis désolée. J’en prends l’entière responsabilité et je vais être aussi transparent que possible,” a-t-elle déclaré.

Fautive, mais pas poursuivie

En mai 2016, l’inspecteur général du ministère des Affaires étrangères a déterminé que Clinton avait enfreint les règles de sécurité. Pourtant, elle n’a pas été poursuivie.

Le FBI a conclu après sa propre enquête que Clinton avait été “extraordinairement imprudente” mais qu’aucun “procureur raisonnable ne pouvait la poursuivre pour cette raison.” La procureure Loretta Lynch a suivi la recommandation du FBI et elle ne l’a pas poursuivie.

La procureure Lynch a elle-même joué un rôle dans le scandale en rencontrant l’ancien président Bill Clinton. Ce dernier a parlé avec la ministre de la Justice de son propre côté, avant que le FBI ne recommande d’abandonner les poursuites contre Hillary.

Lynch a déclaré que c’était une “rencontre fortuite”: Bill Clinton était à l’aéroport et il serait juste venu lui dire bonjour.

Les Républicains ont vu ça comme des magouilles de politiciens. Plus tard, Lynch a regretté cette affaire.

Après la décision du FBI, le ministère des Affaires étrangères a décidé d’abandonner son enquête interne. Elle a été avortée à cause de l’enquête du FBI. Les conclusions de cette enquête n’ont pas encore été rendues publiques.

Weiner et une fille de 15 ans

Vendredi soir, le FBI a fait savoir qu’il rouvrait une enquête sur les mails de Clinton. Cela pourrait être lié au scandale des mails qui ont fuité. Mais on ne sait pas encore de quels mails il s’agit.

Selon le New York Times, l’enquête a été rouverte après que les appareils électroniques des assistants de Clinton Huma Abedin et Anthony Weiner aient été saisis.

Weiner a été souvent discrédité par des scandales sexuels. Cet ancien membre du Congrès a dû démissionner après avoir envoyé des photos sexuellement explicites à des femmes. Maintenant, le FBI enquête sur lui pour avoir envoyé des messages explicites à une jeune fille de quinze ans.

Le directeur du FBI Comey a expliqué qu’on ne sait pas combien de temps cela allait prendre pour enquêter sur les mails en rapport avec Clinton et si ils ont un lien avec la précédente enquête.

Entre temps, pendant la campagne, Donald Trump a utilisé toutes les occasions possibles pour rappeler à ses électeurs cette histoire de mails. Il a insisté sur le fait que Clinton n’était pas quelqu’un de confiance. D’ailleurs, il l’appelle toujours “Crooked Hillary”, la Hillary truquée.

Clinton n’est pas stressée

Il ne devrait pas y avoir de révélations concernant les mails avant le jour des élections. Si de nouvelles preuves dramatiques émergeraient, le FBI serait tenu de modifier ses conclusions.

Le 4 novembre, une partie des e-mails de Clinton sera rendue publique. Un juge a annoncé plus tôt que 1.050 des 10.000 pages de mails étaient prêts pour la publication. Le reste ne sera rendu public qu’après les élections.

Hillary Clinton est convaincue que la nouvelle enquête du FBI sur ses mails ne devrait pas lui causer de problèmes et qu’elle ne sera pas poursuivie.

Clinton exhorte le FBI à divulguer toutes les informations de l’enquête. “Le peuple américain mérite de connaître tous les faits.” La candidate à la présidence a dit qu’elle ne pensait pas que cette nouvelle enquête sur ces e-mails allait modifier la conclusion qu’avait faite le FBI en juillet.

Articles sponsorisés