Left Right
scrollTop top

Les Diables Rouges ne gagneront jamais un grand tournoi et voici pourquoi


© (Fabio Ferrari/LaPresse/Sipa USA/Isopix)

Le mème qui circule sur Internet en dit long: « Euro 2048 on y croit toujours » avec un Kevin De Bruyne grisonnant et un Romelu Lukaku grand-père. Le vrai fan des Diables Rouges espère toujours, mais il est clair qu’il commence à avoir quelques doutes. Même le fan de football neutre se demande pourquoi cette « génération dorée », qui compte les meilleurs footballeurs du monde, ne remporte pas de prix. Les penseurs du management ont quant à eux une explication à ce phénomène.

En route vers notre cinquième déception

Tout d’abord, les miracles sont toujours possibles. Nos Diables s’envoleraient pour le Qatar, ajoutant quelques jeunes talents au noyau dur, et remporteraient la Coupe du monde par surprise. Pourtant, ce miracle était une certitude lors des quatre derniers tournois. Nous pouvions gagner au Brésil, en France, en Russie et cette année en Europe.

Quatre fois nous avons été certains et quatre fois nous sommes revenus d’un voyage stérile. De nombreuses raisons ont été données par les analystes de football, allant des mauvaises décisions tactiques aux mauvais choix de joueurs, en passant par un manque de rythme et de fraîcheur dans le football.

Martinez, comme le CEO d’AB Inbev

Ce qui se déroule comme un tapis rouge à travers toutes ces éliminations, c’est une sorte de résignation qui prend le dessus sur les Diables Rouges lorsqu’il s’agit d’en finir. Oui, ils ont fait de leur mieux et oui, ce n’était pas assez bien, mais nous sommes arrivés en quart de finale, n’est-ce pas ? De nombreux spectateurs ont peur de poser des questions difficiles parce que la Fédération belge de football a transformé les Diables rouges en une machine marketing bien huilée. Roberto Martinez ressemble davantage à un PDG d’AB Inbev ou d’Unilever. Toujours parfaitement habillé, chaque phrase vérifiée par son conseiller en relations publiques et toujours prêt à donner un coup de pouce à la marque « Diable Rouge ».

Pas de larmes versées

Il est également remarquable qu’il ait fallu moins de 24 heures pour que tout le monde s’allonge au soleil et oublie l’élimination. Elle a coulé comme de l’eau coule sur un ciré. Et pourtant, nous parlons des meilleurs joueurs qui ont jamais joué dans une même équipe. Depuis la génération dorée des Espagnols en 2010 et des Néerlandais à la fin des années 1970, nous n’avons jamais vu autant de talents et de capacités footballistiques réunis. Et pourtant, encore et encore, cela ne mène à rien.

La recherche du « pourquoi »

Simon Sinek, gourou du management par excellence, a popularisé au cours de la dernière décennie un concept qu’il a appelé « le cercle d’or ». Tout d’abord, il ne s’agit pas de savoir « quoi » et « comment » faire. Il s’agit avant tout de savoir pourquoi vous le faites.

Il s’agit d’une version actualisée de l’importance que les entreprises et les PDG devraient accorder à la définition d’une vision et d’une mission avant de s’aventurer dans la stratégie. Rien de nouveau sous le soleil, mais les entreprises n’en ont jamais assez aujourd’hui. Tout le monde, du haut en bas de l’échelle, veut changer le monde, d’autant plus que les meilleurs talents des entreprises actuelles pensent que c’est important. Pourquoi devrais-je travailler ici alors que je peux commencer ailleurs pour un salaire bien plus élevé ?

Simon Sineks the Golden Circle

Mais ce qui est vrai d’une entreprise et de ses acteurs principaux l’est aussi d’une équipe de football et de ses stars.

Les Diables rouges ne savent pas pourquoi

On ne peut pas leur en vouloir, mais on peut parfaitement imaginer que Carrasco ou Hazard ne savent pas vraiment pourquoi ils veulent être champions. Est-ce pour créer quelque chose ensemble, est-ce pour leur entraîneur espagnol ou pour servir le pays ? Personne ne le sait vraiment. Il existe un vague concept lancé par la Fédération selon lequel cette génération est tout simplement la meilleure et mérite donc toutes les récompenses. Expliquez cela à Chiellini, Kane ou Eriksen qui préfèrent se battre pour leur pays plutôt que d’accepter une défaite.

Les coureurs du Tour de France donnent l’exemple

Regardez le Tour de France, où chaque jour des cyclistes se présentent à la conférence de presse, profondément émus parce qu’ils sont allés jusqu’à l’extrême pour un objectif supérieur. Du talent fou Van der Poel, qui l’a fait pour Poulidor, au polyvalent Van Aert et à la bombe du sprint Cavendish, qui cherchaient à se racheter, en passant par le gros rouleur Politt et la nouvelle découverte O’Connor, qui ont réalisé leur rêve d’enfance le plus intense. Et que dire des larmes de Dylan Teuns, qui l’a fait pour son grand-père décédé ?

Les hauts salaires ne motivent pas

Frederik Herzberg l’avait déjà expliqué dans sa théorie révolutionnaire sur la motivation, où il faisait la différence entre les facteurs d’hygiène et les facteurs de motivation.

Les facteurs d’hygiène sont des éléments que toute organisation doit mettre en place afin de ne pas démotiver ses employés. Il s’agit notamment d’un bon salaire, de conditions de travail agréables, de la sécurité de l’emploi, d’un statut et d’un bon management.

Ensuite, il existe de véritables facteurs de motivation. Il s’agit notamment d’un travail intéressant, de la reconnaissance, des responsabilités, de l’épanouissement personnel et du sentiment d’apporter quelque chose de significatif à l’organisation ou à l’équipe. Nous en avons tous fait l’expérience. Lorsque nous faisons du bénévolat, nous ne sommes pas payés, mais nous nous sentons bien et nous sommes même généralement prêts à travailler beaucoup plus dur pour cela que dans notre emploi rémunéré.

Et c’est là que le bât blesse. Avec la meilleure volonté du monde, il est difficile d’imaginer ce qui anime nos Diables. Ils ont tout ce que leur cœur désire. Comme l’a dit Thomas Meunier, la plupart des dieux du football d’aujourd’hui jouent pour de l’argent absurdement élevé – que la presse ne critique pas du tout, une occasion incroyablement manquée dans le débat sur l’égalité – et cela ne suffit absolument pas pour faire une réelle différence.

Pour être clair, un salaire élevé n’est pas l’un des véritables facteurs de motivation.

10 millions d’euros supplémentaires ne changent rien

Donnez à Courtois ou Witsel une prime de 10 millions supplémentaires demain pour gagner la Coupe du monde et rien ne changera dans leur motivation, selon la théorie d’Herzberg. Nous le ressentons tous intuitivement. Aujourd’hui, il y a des joueurs dans l’équipe suisse ou danoise qui veulent jouer gratuitement ou qui paieraient même pour pouvoir jouer dans leur équipe nationale. Ils sont fiers de leur pays et le montrent dans chaque action sur le terrain. Nous ne pouvons peut-être pas leur en vouloir – la Belgique a toujours été un concept flou – mais cela explique pourquoi nous échouons à chaque fois.

Le Roi Philippe comme nouvel entraîneur pour nos Diables

Peut-être que le Roi Philippe serait mieux comme entraîneur. Il chanterait certainement la Brabançonne avec fierté, surtout parce que lui, il la connaît. Et, en plus, il connaît très bien le « pourquoi »: pour la plus grande gloire de la patrie.

Mais comme le disaient les Grecs anciens: « L’espoir est éternel ». Nous nous nous traînons déjà tous vers le prochain grand tournoi. Cette fois-ci, ce sera la bonne, non ?


L’auteur, Xavier Verellen est actif dans le secteur de l’Internet des objets. Son premier livre, Human Park, sortira bientôt.

Lire aussi: