Les défenseurs de WikiLeaks se trouvent-ils derrière la cyberattaque qui a mis une grosse partie du Web en rade?

Les défenseurs de WikiLeaks se trouvent-ils derrière la cyberattaque qui a mis une grosse partie du Web en rade?

WikiLeaks pense que ce sont des sympathisants qui ont provoqué l’énorme cyberattaque survenue hier. Il s’agirait d’une réprimande pour avoir coupé l’accès à Internet du fondateur du site, Julien Assange. Hier, de nombreux sites comme CNN, eBay, PayPal ou encore Airbnb étaient down aux États-Unis. Chez nous, certaines personnes n’avaient plus accès à Twitter ou encore à Netflix. 

Pour WikiLeaks c’est plutôt clair, la cyberattaque survenue hier a été organisée par des sympathisants du site. Ils ont voulu venger Julian Assange, le fondateur, car sa connexion Internet a été coupée alors qui se trouvait dans l’ambassade de l’Équateur à Londres. C’est en tout cas ce que WikiLeaks laisse comprendre dans un tweet: “Mr. Assange est encore en vie et WikiLeaks publie toujours. Nous demandons aux supporters d’arrêter d’attaquer l’Internet des États-Unis. Vous avez prouvé votre point”.

La cyberattaque survenue hier aux États-Unis a mis chaos une grosse partie des sites d’informations comme CNN, The New York Times ou encore The Guardian, Twitter mais aussi des sites de services comme Paypal, Netflix, Airbnb, Spotify ou encore eBay.

Trois attaques

C’est l’infrastructure Dyn qui a été attaquée. C’est elle qui s’occupe de la gestion des noms de domaines (DNS) de nombreux sites Internet connus ainsi que du traffic. Les serveurs DNS de Dyn ont été victimes de trois attaques DDoS. En gros, les auteurs des attaques ont créé un énorme traffic qui a floodé les serveurs, rendant les sites inaccessibles. En visant une seule infrastructure, ils ont réussi à atteindre une grande partie des sites .

L’attaque a commencé à 7h aux États-Unis et elle a été réglée relativement rapidement. Mais une autre attaque est survenue durant l’après-midi, et encore une troisième un peu plus tard, alors que la seconde n’était toujours pas résolue.

Source: CNN

Articles sponsorisés