Les Britanniques ont un peu de retard pour le Brexit mais le 22 mai, ce serait vraiment fait 

Les Britanniques ont un peu de retard pour le Brexit mais le 22 mai, ce serait vraiment fait 

Ce ne sera pas à la fin du mois de juin comme Theresa May l’avait espéré mais bien le 22 mai: L’Union européenne s’est en effet mise d’accord sur un report du Brexit. Mais pour ça, il faut que les députés britanniques approuvent l’accord de divorce la semaine prochaine. S’ils refusent, Theresa May aura jusqu’au 12 avril pour contenter les députés avec un accord conclu avec le pouvoir européen. 

Ce délai accordé doit empêcher un “crash” pour la semaine prochaine. Le président de l’UE, Donald Tusk, a également souligné que l’Union européenne continuait à se préparer à un “no-deal”.

Les chefs de gouvernement européens avaient besoin de plusieurs heures de consultation lors d’un sommet européen à Bruxelles organisé à la demande de May pour reporter le Brexit. Elle avait demandé le report, car la Chambre des communes avait rejeté à deux reprises l’accord sur le Brexit conclu entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Plus vite mieux c’est

Le président français Emmanuel Macron a souhaité un délai court, jusqu’au 12 avril. Il veut ainsi vite régler l’affaire pour que l’Union européenne entreprenne son nouveau départ le plus rapidement et le plus sereinement possible. “Inutile de parler d’un report supplémentaire, tant qu’il n’y a pas de réel changement politique au Royaume-Uni”, a-t-il expliqué.

Du côté de la Belgique, on ne voulait pas reporter le Brexit à la fin du mois de mai, car les élections ont lieu le 26 mai et le Premier ministre Michel craint que les élections nationales portent soudainement sur le Brexit. Et les Grecs, qui ont des élections à ce moment là aussi, préféreraient que le Brexit ne devienne pas un thème central des débats électoraux.

Le compte à rebours est lancé jusqu’au 12 avril

Après une longue réunion, un compromis est donc arrivé sur la table des 27. Le 12 avril va devenir une date capitale. Tout va se jouer au sein du parlement britannique: si les députés n’approuvent pas l’accord conclu entre May et l’UE, les Britanniques auront jusqu’au 12 avril pour présenter un autre plan à l’UE. Cette date a été choisie car les Britanniques ne peuvent pas organiser leur participation aux élections européennes après le 12 avril. Donc, si ils ne tombent pas sur un accord au sein même de leur parlement, ils pourront toujours décidé d’organiser des élections européennes (ce qui est très peu probable).

Donc, si la Chambre des communes ne dit pas oui à l’accord, l’extension porterait alors jusqu’au 12 avril prochain, échéance avant laquelle le Royaume-Uni devrait avoir indiqué au Conseil le chemin qu’il compte emprunter. Par contre, si les députés britanniques disent oui à l’accord que May et l’UE ont galéré à faire, ils auront jusqu’au 22 mai pour organiser leur sortie de l’Union.

Les dirigeants européens se rencontrent aujourd’hui pour discuter des relations avec la Chine. En principe, il s’agit de la dernière réunion à laquelle la Première ministre britannique May est présente en tant que membre de l’UE.

Articles sponsorisés