L’écart de salaire existe toujours, mais dans “Ms Monopoly”, les femmes gagneront plus que les hommes

©Hasbro

Monopoly se lance dans le féminisme mais pour beaucoup, ça sonne faux. Entre l’inventrice du jeu qui n’est toujours pas créditée et l’idée de donner plus d’argent aux femmes, c’est vrai qu’Hasbro n’a pas vraiment fait son meilleur coup marketing avec Ms Monopoly.

Le Monopoly: des embrouilles en famille, des parties interminables et un jeu basé sur l’accumulation de richesse et la recherche du monopole immobilier.

Aujourd’hui, une nouvelle version parmi tant d’autres sort. Son nom? Ms Monopoly. Dans une volonté de mettre la femme un peu plus au centre du jeu, le “Monopoly man” a troqué son costume trois pièces pour un blazer et propose d’acheter des brevets d’invention créées par des femmes au lieu de propriétés.

“Le premier jeu de société où les femmes gagnent plus que les hommes”

Le but mis en avant dans la communication d’Hasbro: “célébrer les jeunes femmes entrepreneuses à travers le monde”. Dans un court clip promotionnel, on voit trois jeunes femmes inventrices recevoir le jeu, accompagné d’une donation en “véritable argent” de presque 21.000 $.

Autre nouveauté dans le jeu: les femmes qui y jouent reçoivent plus d’argent que les hommes. Dans leur communiqua de presse, Hasbro annonce: “Ms Monopoly est aussi le premier jeu au monde où les femmes gagnent plus que les hommes (…). Cependant, si les hommes jouent leurs cartes de la bonne manière, ils peuvent eux aussi gagner plus d’argent”.

Elizabeth Magie, réelle inventrice du Monopoly

L’initiative, bien que déroutante dans ce dernier point, n’est pas forcément bien accueillie par tout le monde. Notamment par ceux qui pointent que Monopoly ne crédite toujours pas l’inventrice du jeu, qui avait vendu son idée à un homme pour à peine 500 dollars, comme le pointe le Washington Post.

Dans un article de 2015, le New York Times retraçait la “véritable histoire” du Monopoly, bien éloignée de celle écrite à l’arrière de la boîte du jeu: “Il se trouve que les origines du Monopoly n’ont pas commencé avec Darrow il y a 80 ans, mais des décennies auparavant avec une femme audacieuse et progressiste nommée Elizabeth Magie.”

S’ensuit le récit d’une femme à l’origine du jeu, qui avait à l’époque deux facettes et se nommait le Landlord’s Game: une partie où l’idée était de créer de la richesse pour les autres, et l’autre telle qu’on la connait aujourd’hui, dans un but de dénoncer ce qu’elle considérait comme les méfaits du capitalisme.

Polémique doublée

Sauf que quelques décennies plus tard, un homme du nom de Charles Darrow a réclamé la version “capitaliste” du jeu et l’a vendue aux Parker Brothers, tout en engrangeant quelques millions. Du coup, l’histoire de Ms Monopoly, nièce féministe de Mr Monopoly sonne un peu fausse aux oreilles de ceux qui connaissent l’histoire trouble du jeu de société.

La polémique est donc double: à la fois pour ne toujours pas créditer Lizzie Magie, mais aussi pour l’idée de donner plus d’argent aux femmes au départ. Une vanne, certes, mais qui ne promeut pas exactement l’égalité entre homme et femmes.

Alors, Ms Monopoly, c’est une belle idée qui risque de tomber à l’eau pour ces raisons. En attendant, le jeu sera disponible courant septembre en Belgique.

Articles sponsorisés