Le selfie de toute une vie: un atterrisseur lunaire se prend en photo avec la Terre

Le selfie de toute une vie: un atterrisseur lunaire se prend en photo avec la Terre

Beresheet est le premier atterriseur lunaire envoyé par une entreprise privée. Comme son nom l’indique, sa mission est de rejoindre la lune pour étudier son champ magnétique. Mais en chemin, l’appareil construit en Israël s’est fait un petit kiff en prenant un selfie avec sa planète de naissance. 

Nous vivons à une époque où des entreprises privées envoient des engins dans l’espace. L’entreprise SpaceX d’Elon Musk en est le spécialiste et permet à d’autres sociétés spécialisées d’envoyer des appareils en orbite pour étudier ce milieu encore très méconnu qu’est l’espace et tout ce qui le compose.

Par exemple, l’entreprise Israélienne SpaceIL a profité du vol de la fusée Falcon 9 de SpaceX pour envoyer sa sonde Beresheet dans le vide sidéral qu’est l’espace. Sa destination: la Lune. Son objectif: étudier le champ magnétique de notre satellite naturel. Actuellement, la sonde est en chemin vers la Lune, à environ 37.600 kilomètres de la Terre.

L’occasion de réaliser le selfie ultime que tout le monde rêve de faire: se prendre en photo avec sa propre planète, un privilège normalement réservé aux astronautes aguerris. “On peut clairement voir l’Australie ! Cette photo a été prise au cours d’une rotation lente de la sonde” explique SpaceIL sur Twitter.

Une première pour Israel

Si tout se passe bien, la sonde Beresheet (“genèse” en hébreu) devrait atteindre la Lune d’ici le 4 avril prochain. Si elle y arrive, elle deviendrait la toute première sonde israélienne à atteindre notre satellite naturel. Israel rejoindrait alors le cercle très fermé des pays ayant atteint la Lune: l’ex-URSS, les États-Unis et la Chine.

Une fois sur place, Beresheet aura pour mission d’étudier le champ magnétique de la Lune. Celui-ci est en effet très étrange car ce champ magnétique n’est pas global comme celui de la Terre. Il est seulement actif à quelques rares endroits. Ce sera l’occasion de comprendre pourquoi le champ magnétique global de la Lune a disparu il y a des milliards d’années. Ce sera aussi l’occasion de refaire un selfie avec la Terre, mais depuis ce satellite cette fois-ci.

Articles sponsorisés