Le pape n’est pas contre l’idée de laisser les prêtres se marier

EPA/EFE

Notre monde manque de prêtres catholiques. Enfin, d’après le pape François. Alors qu’il est dans l’Amazonie pour conduire une série de synodes, des assemblées délibératives d’ecclésiastiques, l’un d’entre eux porterait sur l’acceptation du mariage chez les prêtres des régions reculées de l’Amazonie.

Une question qui permettrait à l’Eglise d’officier davantage dans des régions où elle est encore absente ou peu présente. En effet, plus de 85% des messes ne peuvent pas être célébrées par manque de prêtres dans les villages de l’Amazonie.

C’est cependant avant tout un débat qui fait bouger l’Eglise depuis des années. En France, “8 catholiques sur 10 pensent que le mariage des prêtres serait un moyen efficace contre de nouvelles affaires de pédophilie et d’agressions sexuelles”, rapportait Quotidien en Avril dernier.

Une anomalie acceptée par tous

En Belgique, le Conseil Interdiocésain des Laïcs promeut “le message de l’évangile” en Wallonie et à Bruxelles. Il a récemment demandé à ce que l’ordination des prêtres, même mariés, devienne autorisé. Dans un communiqué publié sur leur site, ils parlent d’une aberration qui n’est présente dans aucun évangile: “dans notre Église, l’interdiction d’ordonner des hommes mariés constitue une singularité historique qui ne repose pas sur un prescrit évangélique. A l’origine de l’Église, les premiers prêtres étaient mariés. Jésus lui-même a choisi Simon-Pierre comme socle de son Église ; or celui-ci était marié.”

Pas besoin d’avoir fait 10 ans de catéchisme pour se rendre compte que le célibat des prêtres catholiques, alors qu’orthodoxes et protestants peuvent se marier à loisir, semble être une anomalie acceptée par tous.

Le pape, pour la première fois, considère l’idée sans s’y opposer. On se doute qu’il ne risque pas de sitôt de proposer un tel changement applicable à toute l’Église Catholique. Mais savoir qu’en ce moment même, la question est étudiée par une bande de célibataires en toge adeptes de Jésus, c’est déjà une avancée vers la levée du célibat des prêtres.

Articles sponsorisés