Le MR et Ecolo, nouveaux meilleurs ennemis, au profit du PS?

Le MR et Ecolo, nouveaux meilleurs ennemis, au profit du PS?

Le premier avait remporté les lauriers fédéraux en 2014. Le second est devenu le favori des sondages du 26 mai. MR et Ecolo se livrent un combat des chefs, avec un nouveau point chaud atteint hier, suite à la diffusion d’un spot publicitaire par les libéraux. De son côté, le PS décompte les jours.

La campagne gagne enfin en intensité. On ne retient plus ses coups, quitte à parfois taper en dessous de la ceinture. C’est en tout cas ce que pensent les écologistes estomaqués par un spot publicitaire de leurs adversaires libéraux, qui affirme qu’Ecolo voudrait taxer la viande et faire augmenter son prix pour en diminuer la consommation.

“Fake news” répondent les écologistes. Une taxe sur la viande ne figure dans aucune ligne de leur programme. La réalité est plus complexe et sujette à interprétation. Ecolo/Groen veut une juste rétribution pour les agriculteurs/éleveurs, ce qui peut passer par une augmentation des prix. Une autre ligne dans le programme d’Ecolo entend augmenter la fiscalité des produits polluants. En considérant la viande comme un produit polluant, ça peut donc mener à une hausse des prix. Mais c’est de la pure interprétation. Cet article de la RTBF devrait te permettre de te forger ton opinion.

Cette séquence qui a suscité beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux est une nouvelle preuve de l’extrême tension qui règne entre les deux partis. Les libéraux, tout comme la N-VA, ont désigné leur meilleur ennemi. Ecolo au pouvoir, ce serait “une catastrophe économique” pour Jan Jambon (N-VA) et “un massacre pour la classe moyenne” selon Georges-Louis Bouchez, porte-parole du MR durant la campagne.

Depuis octobre dernier et les bonnes perf’ d’Ecolo aux communales, les attaques sont incessantes. “Rage taxatoire”, “Musée des horreurs”, “PTB version soft”, “chaos institutionnel”, tout y est passé. Les libéraux ont opté pour une approche offensive, privilégiant souvent la critique à la défense de leur bilan.

Ecolo à la riposte

Ecolo n’est toutefois pas en reste. Et c’est souvent Zakia Khattabi qui dégaine la première, sur Twitter principalement: “Pendant que le #mr fait dans l’outrance et les #fakenews en nous prêtant des intentions, il y a pour ce qui les concerne des faits, avérés et on comprend qu’ils veulent les occulter…”, réagissant à un rapport de la Commission européenne pas tendre avec le tax shit du gouvernement Michel.

Dans un précédent post, la coprésidente d’Ecolo tançait le MR pour “sa désinformation et ses outrances”, en relayant une nouvelle fois des “faits objectifs plutôt que de la propagande partisane” en parlant du retard de la Belgique sur ses objectifs climatiques. Ironie de la situation, Charles Michel voyait lui en mai dernier “une trumpisation du PS, du PTB et… d’Ecolo“.

Reste que parler de désinformation est sans doute aller un peu loin. Il est normal que le programme d’Ecolo suscite des interrogations, notamment par rapport à son financement et à l’évaluation du Bureau du Plan, qui n’annonce pas de création nette d’emplois, même si le déficit reste neutre. Inversement, faire passer les écologistes pour des dangers publics semble tout aussi ridicule. Meme si les verts veulent réorienter certains choix de société.

Le PS n’a plus qu’à se baisser…

Dans cette haute lutte, c’est la famille socialiste qui pourrait en profiter. Selon les derniers sondages, il s’agirait même de la première famille politique du pays. Le sp.a, en Flandre, fait mieux que résister, et le PS reste le PS, il ne faut jamais l’enterrer.

Malgré une baisse de 10% en Wallonie, les socialistes mènent toujours la danse. À Bruxelles, ils sont dépassés par les écologistes, mais c’est vraiment du coude à coude. Au soir du 26 mai, il y a de fortes chances que ce ne soient finalement ni les libéraux ni les écologistes qui prennent la main. Et à Elio Di Rupo, qui veut réaccéder au 16, d’en profiter.

Articles sponsorisés