Le monde musulman réagit aux attentats de Paris. Cette fois, nous devrions peut-être bien l’écouter

Le monde musulman réagit aux attentats de Paris. Cette fois, nous devrions peut-être bien l’écouter

Il y a 1,6 milliard de musulmans à travers le monde. Leurs figures de proue et même certaines organisations djihadistes plutôt douteuses ont condamné le carnage à Paris. Mais dans leur message, il y avait aussi autre chose, que beaucoup parmi nous ne sont pas prêts à entendre. Pourtant, il est peut-être temps que nous écoutions. 

Ça ne veut pas dire que nous ne devrions pas pleurer les victimes de Paris. Ces attentats étaient atroces et rien ne peut les justifier. Mais il y a certainement une leçon dans le message du monde musulman qui, soulignons-le, condamne ces attaques à la quasi-unanimité.

Complot

Il y en aura bien sûr toujours l’un ou l’autre qui voudra jeter un pavé dans la mare. Si le Hamas, le Hezbollah, le Jihad islamique ont condamné les attaques, l’Autorité palestinienne ne l’a pas fait. Cette organisation qui, curieusement, passe dans le monde occidental pour l’un des interlocuteurs des territoires palestiniens, a affirmé qu’il s’agissait d’une attaque du Mossad, des services secrets israéliens donc. Les attentats de Paris seraient, tenez-vous bien, une réponse d’Israël à la décision de l’Union européenne de ne plus autoriser les produits labellés “Made in Israël” alors qu’ils viennent en fait des territoires occupés palestiniens.

En Égypte aussi, quelques petits malins ont jugé bon de parler de conspiration. Le chroniqueur Muhammad Amin, de Masr al Youm, un des plus grands journaux du pays, a annoncé à ses lecteurs que les attaques à Paris étaient en fait un complot d’Obama et Erdogan. Selon lui, les États-Unis en particulier sont impliqués dans les attentats. Le journal Youm al-Sabah, lui, a vu un complot ourdi par le monde occidental afin de provoquer une troisième guerre mondiale.

Deux poids, deux mesures

Bien sûr, ce sont là des exceptions. Les voix qui comptent dans le monde arabe et, par extension dans le monde musulman, ont condamné la sauvagerie des attentats de Paris et souligné que cela ne correspondait pas à leur vision de l’islam. Mais, et c’est là qu’il faut faire attention, cette condamnation s’est souvent accompagnée d’une même question: pourquoi l’Occident a-t-il un double standard quand il s’agit de terrorisme? Ou: la communauté internationale continue à demander aux musulmans ce qu’ils font pour arrêter la propagation de l’État islamique et le djihadisme violent. Les musulmans, eux, se demandent pourquoi l’État islamique et cie posent problème apparemment seulement quand ils s’attaquent au monde occidental.

L’observation est valable et il est bon que nous la fassions maintenant, parce qu’il semble que nous sommes de retour là où nous étions il y a 14 ans. Notre réponse, alors, a été de partir à la guerre. Les conséquences? L’invasion de l’Irak – sous de faux prétextes, comme nous le savons maintenant – a coûté la vie à un million de personnes dont 400 000 femmes et enfants, elle a déstabilisé toute la région et elle a conduit à l’émergence de l’État islamique. En Afghanistan, certainement 250 000 civils innocents ont eu aussi péri, et des millions ont dû fuir. Nous n’avons rien résolu: les Talibans sont de retour et une nouvelle vague de réfugiés a pris la route. En Belgique, il y a actuellement plus d’Afghans que de Syriens.

En attendant, nous avons aussi le plaisir de travailler au Yemen, le pays le plus pauvre du Moyen-Orient, où une coalition menée par l’Arabie saoudite (que nous soutenons) a bombardé des milliers de civils. Toutes ces choses se sont produites, et se produisent, sous couvert de lutte contre le terrorisme, histoire d’assurer la sécurité de nos rues ici en allant lancer des bombes là-bas.

Pour ceux qui trouvent le parallèle exagéré, voici quelques petites choses qui sont en train de se passer là maintenant. Le 28 septembre, 131 civils dont 80 femmes, ont trouvé la mort lors d’un mariage au Yemen. Les Saoudiens y avaient envoyé une roquette, suite à une information venue des Américains…

Drones et mariages

En fait, les mariages font partie de notre stratégie pour déstabiliser les terroristes. Apparemment, d’après les “drone papers”, depuis 2013, huit mariages auraient été attaqués par des drones au Pakistan, en Afghanistan, au Yémen et en Somalie. Un total de 450 personnes y ont trouvé la mort, la plupart d’entre elles ayant eu la sacrée malchance de faire la fête au même endroit que quelqu’un que les Américains voulaient éliminer.

Il y a quelques semaines, il y a eu 128 morts et 500 blessés dans un attentat à la bombe lors d’une manifestation pro-kurde en Turquie. Les victimes étaient toutes musulmanes. Il n’y a pas eu de #PrayforTurkey. Finalement, ce qui comptait, c’est ce que cet attentat pourrait bien signifier pour nos all-ins bon marché…

Médecins Sans Frontières

Ou que dire de ceci alors: il n’y a pas si longtemps, un hélicoptère de combat américain sous pavillon de l’OTAN a délibérément attaqué un hôpital de Médecins Sans Frontières à Kunduz. Une cinquantaine de patients a connu une mort terrible, par le feu, dans leur lit d’hôpital. Parmi ceux-ci, des enfants. C’était “une erreur de jugement”, comme a déclaré Obama, parce que, quand même, il s’agissait de MSF et que les preuves étaient trop lourdes pour ne pas s’excuser au moins un peu. Sans rire.

Dans les 24 heures précédant les attentats de Paris, il y en a eu un à Beyrouth, au marché, et autre à Bagdad, lors d’un enterrement. Au moins 50 morts et 300 blessés. 10 lignes dans les médias occidentaux. À nouveau, toutes les victimes étaient innocentes.

Ce sont seulement quelques exemples. Ce genre de choses se produisent presque tous les jours. Et elles expliquent pourquoi le monde musulman parle d’un double standard du monde occidental. Elles expliquent en partie aussi l’optique dans laquelle nous devons nous interpréter l’indignation du monde musulman face aux attentats de Paris.

Bush et l’État islamique

Ce n’est pas tout. Il y a encore quelques couches d’hypocrisie que nous devons gratter si nous voulons voir le tableau tout entier. Très vite après, ou même pendant les attaques, il s’est bien trouvé quelques xénophobes qui ont sauté sur l’occasion pour diaboliser les musulmans dans leur ensemble. Et même les réfugiés qui – ô combien cynique – fuient justement cette violence provoquée par les extrémistes. Voilà qui est bien peu respectueux à l’égard des victimes, parmi lesquelles on trouve des musulmans qui ont embrassé notre culture et notre société.

Ceux qui réagissent ainsi devraient réaliser qu’ils font une belle faveur à deux groupes seulement. D’abord aux extrémistes musulmans qui s’emparent de ces réactions comme autant de preuves qu’il n’y a pas de place pour les musulmans dans un Occident laïque et que nous avons bien déclaré la guerre à l’islam. Ensuite, aux extrémistes européens ou occidentaux qui exploitent les attaques comme autant de preuves qu’il n’y a pas de place pour les musulmans dans un Occident laïque et que l’islam nous a bel et bien déclaré la guerre.

Mmm. On dirait que ces deux groupes veulent vraiment la même chose?

Les deux tendances visent à balayer toute nuance pour ne laisser qu’un monde en noir et blanc. L’État islamique l’a d’ailleurs formulé officiellement: “As Shaykh Usamah Ibn Ladin said, ‘The world today is divided into two camps. Bush spoke the truth when he said, “Either you are with us or you are with the terrorists.” Meaning, either you are with the crusade or you are with Islam.’

Une nouvelle guerre mondiale

Quiconque voit les musulmans contre le reste du monde rejoint en fait la vision et les objectifs du sadique État islamique: un monde fait de deux camps destinés à s’opposer et à se battre. Ce discours se vend de plus en plus et nous amène sur un chemin de violence.

“Nous n’exagérons pas quand nous parlons d’une nouvelle guerre mondiale,” a déclaré le Professeur émérite d’histoire de la guerre et d’études internationales des conflits, Luc De Vos. “Les enjeux de cette guerre sont énormes. Si nous perdons, nous serons submergés par des islamistes qui vont imposer un modèle de société inhumain.”

C’est avec ce genre de non-sens que nous nous retrouvons dans une spirale de violence comme celle dans laquelle 129 innocents ont perdu la vie à Paris vendredi. Ne minimisons surtout pas ces attaques mais rappelons-nous aussi que 97% des victimes des attaques perpétrées par des musulmans sont… d’autres musulmans. Jour après jour.

Oui, en Occident nous sommes les victimes d’un gang d’imbéciles qui commettent la violence au nom d’Allah. Mais nous n’en sommes pas les premières victimes. Les 2000 Nigérians qui ont été massacrés par Boko Haram quelques jours avant l’attaque de Charlie Hebdo n’ont pas eu droit à une marche, ni à une minute de silence d’ailleurs.

Arabie saoudite

Nous devons encore vraiment comprendre pourquoi une grande part des musulmans a un peu de mal à croire à notre crédibilité quand on en vient à la lutte contre le terrorisme. Ils ne comprennent pas pourquoi, par exemple, nous soutenons des régimes comme l’Arabie saoudite, qui financent cette vision haineuse de l’islam, voire l’appliquent dans leur propre pays.

Obama a distribué plus de 100 milliards d’armes aux Saoudiens dans les cinq dernières années. Les Français sont les vendeurs d’armes les plus agressifs dans la région: cette année, ils ont bazardé pour environ 25 milliards de matériel de guerre vers l’Arabie saoudite, les Émirats et le Qatar, y compris des avions de combat Rafale. Notre pays non plus n’a rien d’un saint…

Nous devons encore vraiment comprendre pourquoi une grande part des musulmans a un peu de mal à croire à notre crédibilité quand on vient à lutte contre le terrorisme.

Articles sponsorisés