Le gouvernement wallon ne flanche pas: c’est encore NON pour le CETA

Le gouvernement wallon ne flanche pas: c’est encore NON pour le CETA

Le ministre-président wallon Paul Magnette (PS) a réuni le gouvernement wallon ce soir vers 21h pour parler du CETA. Plus tôt dans la journée, la Commission européenne a envoyé une nouvelle proposition au ministre-président. Mais cela n’a pas convaincu: la Wallonie a encore rejeté le CETA!

Le ministre-président wallon Paul Magnette a réuni le gouvernement wallon ce soir à 21h pour discuter du CETA. Vers 14h, la Commission européenne lui a envoyé une nouvelle proposition. Le journal Le Soir et la RTBF ont rapidement annoncé que la balance pencherait plutôt pour le non car les avancées ne seraient pas suffisantes. Et cela c’est confirmé: le gouvernement wallon a encore rejeté le CETA dans la soirée!

“Les avancées ne sont pas suffisantes”

“Des progrès ont été faits mais pour nous à ce stade, les avancées ne sont pas suffisantes, notamment dans les questions qui concernent les entreprises américaines, par exemple qui sont installées au Canada et qui bénéficieraient du système”, a expliqué Paul Magnette de conférence de presse dans la soirée. Mais la position wallonne pourrait évoluer demain.

“Pour les Canadiens il y a encore des marges de négociations contrairement à la position européenne et nous rencontrerons la ministre et son négociateur vendredi à la première heure pour examiner avec eux où il est encore possible de trouver des marges et de faire évoluer les textes qui nous ont été soumis ce jeudi”, a ajouté Magnette.

Le Canada tend la main, pas l’Europe

En clair, le Canada semble tendre la main à la Wallonie pour trouver une solution, tandis que l’Europe semble beaucoup plus réfractaire. Maxime Prévost (CDH), vice-président du gouvernement wallon, a souligné “cette posture manifeste de la commission européenne qui se montre d’avantage fermée que le Canada”.

“Nous espérons que les attentes de la société civiles relayées par le Parlement soient enfin entendues et que la démocratie soit mise au pas par la finance internationale”, a-t-il ajouté. Le feuilleton sur le CETA va continuer: prochain épisode demain donc…

Articles sponsorisés