Le feuilleton budgétaire qui n’en finit plus: Charles Michel doit reporter son discours de politique générale

Le feuilleton budgétaire qui n’en finit plus: Charles Michel doit reporter son discours de politique générale

C’est comme un mauvais feuilleton qui n’en finirait pas. La coalition suédoise étant incapable de trouver un accord, le Premier ministre Charles Michel a annoncé qu’il reportait le discours de politique générale qu’il était censé donné ce mardi. On peut remercier le vice-premier ministre Kris Peeters pour… son absence.

Cela fait des jours que nos ministres travaillent sur le budget 2016/2017 et les réformes structurelles qu’ils aimeraient imposer aux pays mais pour l’instant, rien de concret n’est sorti. Hier soir, alors que les principaux ministres du gouvernement fédéral s’étaient enfermés au Lambermont, on a vu le Vice-premier ministre Kris Peeters (CD&V) sortir… pour ne plus revenir.

Du coup, le Premier ministre Charles Michel a annoncé qu’il reportait sa déclaration de politique générale, prévue pour ce mardi. Les chrétiens-démocrates font barrage avec une proposition que eux seuls défendent: la taxation des plus values. Une mesure qui a été accueillie avec surprise au sein du trio N-VA, Open Vld et MR.

Le timing

Pour le MR, cette proposition peut être négociée. Mais l’Open VLD et la N-VA sont catégoriques: c’est non. La taxation des plus values telle que le veut Kris Peeters est une proposition qui risque de pénaliser surtout la classe moyenne. Et alors que le gouvernement bloquait sur cette question, Kris Peeters a choisi de quitter le Lambermont pour ne plus y revenir.

Le Vice-premier aurait-il un problème de timing? Déjà ce week-end, alors que le gouvernement allait conclure un accord, Peeters avait lâché sa proposition qui avait tout ralenti. Et maintenant qu’il s’agissait de trouver une solution, le voici parti pour ne plus revenir. Le ministre des Télécommunications Alexandre de Croo (Open VLD) n’en revenait pas : “Ce n’est pas comme ça qu’on travaille. On est d’accord de discuter de tout, mais il faut être présent à la table, et ne pas envoyer de SMS pour dire qu’on ne viendra plus.”

Articles sponsorisés