Le cdH cherche un nouveau chef: Benoît Lutgen quitte la présidence du parti

Le cdH cherche un nouveau chef: Benoît Lutgen quitte la présidence du parti

Gros changement chez les chrétiens-démocrates à quelques mois des élections du mois de mai: le président du parti Benoît Lutgen quitte la présidence. Maxime Prévot, bourgmestre de Namur, est pressenti pour lui succéder.

L’ère Lutgen touche donc à sa fin. Mardi soir, le bourgmestre de Bastogne a confié aux journaux La Libre et Le Soir qu’il quittait la présidence du cdH, annonce qu’il a confirmé un peu plus tard sur Twitter.

« Pouvoir passer le relais au bon moment, c’est marquer la confiance en l’avenir », a-t-il tweeté, soulignant que la « relève est prête ». De quelle relève est-il question? Le président sortant ne s’est pas épanché sur la question mais beaucoup pressentent Maxime Prévot pour reprendre le flambeau. Le bourgmestre de Namur est assez populaire, en atteste son score électoral du 14 octobre 2018 dans la capitale wallonne.

Élections internes

Le choix du nouveau président se fera par l’intermédiaire d’élections internes, des élections qui devrait se tenir très rapidement. « À mon avis dans les quinze jours, avec une entrée en fonction immédiate du nouveau président », a ainsi précisé M. Lutgen dans La Libre Belgique.

Sur la question de son départ, il explique simplement être arrivé au terme de « deux mandats présidentiels – c’est la limite que nous nous imposons au cdH ». Et comme il devait « de toute façon quitter le poste en octobre-novembre, dans ce contexte donc, [il a] décidé de passer le témoin maintenant », ajoute le Bastognard dans Le Soir.

Alors, même si c’est le processus électoral qui va désigner la prochaine tête du parti, sur toutes les lèvres, c’est le nom de Prévot qui ressort. « A mes yeux, il a toutes les qualités, de compétence, d’intelligence, il a la connaissance du terrain, concrètement, il s’investit au plan local, tout cela avec une vision globale, européenne et internationale », a conclu Lutgen.

Le départ de Lutgen sera officialisé ce mercredi en bureau de parti. Après huit années à la tête de la formation centriste, le président sortant pourra peut-être viser l’Europe. Les élections sont en mai.

Articles sponsorisés