La vidéo qui fait trembler la sécu française: des policiers filment l’attaque de leur fourgon depuis l’intérieur

La vidéo qui fait trembler la sécu française: des policiers filment l’attaque de leur fourgon depuis l’intérieur

C’est un véritable parcours du combattant qu’ont traversé ces deux CRS français samedi, lors de l’acte XIV des Gilets jaunes. Bloqués dans un embouteillage à Lyon, les policiers ont vu leur fourgon se faire caillasser par des individus en colère présents à la manifestation.

La scène se passe à Lyon ce samedi 16 février, lors de l’acte XIV de revendication des Gilets jaunes. Un fourgon de police, coincé dans un embouteillage, tente de rejoindre la zone où se trouve le reste des forces de sécurité. Un policier filme tandis que sa collègue conduit.

La vidéo a été repartagée par le syndicat de police Alternative. On y entend le bruit des pierres et des pavés qui cognent contre la carrosserie du véhicule. On voit les « casseurs » – certains portent des gilets jaunes, d’autres sont simplement masqués – s’énerver sur cette voiture. Certains manifestants attaquent frontalement le fourgon tandis que les pavés continuent de pleuvoir. À un moment, la conductrice craque et on peut l’entendre pleurer sous la pression. La vidéo s’arrête lorsque le véhicule est à l’abri, derrière la ligne des CRS.

La vidéo d’Alternative

Gilets jaunes

C’est le quatorzième week-end où les Gilets jaunes manifestent en masse dans la France entière. Ce mouvement populaire, né à partir de la demande de baisser les prix des carburants, a maintenant pris une tournure plus large.

On voit émerger dans ces groupes des revendications qui se diversifient de plus en plus. Il y a deux semaines, des centaines de Gilets jaunes ont bloqué l’accès du marché international de Rungis. Ce samedi, ils se sont introduits dans le dépôt Amazon de Toulouse pour y bloquer les entrées et les sorties.

Ce mouvement, qui implique principalement les classes populaires, se développe notamment grâce aux réseaux sociaux et dans une logique de lutte contre la « classe dominante » et les « élites au pouvoir ». Sur les groupes Facebook des Gilets jaunes, un message revient souvent: l’élite, dans laquelle on trouve pêle-mêle les politiciens, les médias et les forces de l’ordre, ne les représenterait plus.

On peut voir dans la vidéo effrayante publiée par le syndicat des policiers l’expression de cette colère sourde contre une classe de laquelle ils se sentent totalement déconnectés.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a réagi

Gilets jaunes

C’est le quatorzième week-end où les Gilets jaunes manifestent en masse dans la France entière. Ce mouvement populaire, né à partir de la demande de baisser les prix des carburants, a maintenant pris une tournure plus large.

On voit émerger dans ces groupes des revendications qui se diversifient de plus en plus. Il y a deux semaines, des centaines de Gilets jaunes ont bloqué l’accès du marché international de Rungis. Ce samedi, ils se sont introduits dans le dépôt Amazon de Toulouse pour y bloquer les entrées et les sorties.

Ce mouvement, qui implique principalement les classes populaires, se développe notamment grâce aux réseaux sociaux et dans une logique de lutte contre la « classe dominante » et les « élites au pouvoir ». Sur les groupes Facebook des Gilets jaunes, un message revient souvent: l’élite, dans laquelle on trouve pêle-mêle les politiciens, les médias et les forces de l’ordre, ne les représenterait plus.

On peut voir dans la vidéo effrayante publiée par le syndicat des policiers l’expression de cette colère sourde contre une classe de laquelle ils se sentent totalement déconnectés.

L’état de la camionnette après ces minutes intenses

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a réagi

Gilets jaunes

C’est le quatorzième week-end où les Gilets jaunes manifestent en masse dans la France entière. Ce mouvement populaire, né à partir de la demande de baisser les prix des carburants, a maintenant pris une tournure plus large.

On voit émerger dans ces groupes des revendications qui se diversifient de plus en plus. Il y a deux semaines, des centaines de Gilets jaunes ont bloqué l’accès du marché international de Rungis. Ce samedi, ils se sont introduits dans le dépôt Amazon de Toulouse pour y bloquer les entrées et les sorties.

Ce mouvement, qui implique principalement les classes populaires, se développe notamment grâce aux réseaux sociaux et dans une logique de lutte contre la « classe dominante » et les « élites au pouvoir ». Sur les groupes Facebook des Gilets jaunes, un message revient souvent: l’élite, dans laquelle on trouve pêle-mêle les politiciens, les médias et les forces de l’ordre, ne les représenterait plus.

On peut voir dans la vidéo effrayante publiée par le syndicat des policiers l’expression de cette colère sourde contre une classe de laquelle ils se sentent totalement déconnectés.

Articles sponsorisés