“La vérité n’est pas la vérité”, déclare l’avocat de Donald Trump à la télé

“La vérité n’est pas la vérité”, déclare l’avocat de Donald Trump à la télé

La vérité, le mensonge, les fausses nouvelles sont des concepts très relatifs chez Donald Trump et son entourage. Dernière fulgurance au menu: “La vérité n’est pas la vérité”, jaillie de la bouche de Rudy Giuliani, l’avocat du président des États-Unis.

Nouvelle révélation dans l’affaire de la probable ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016: “La vérité n’est pas la vérité”. C’est la réponse qu’a donnée l’avocat de Donald Trump lors d’une interview accordée dimanche à la chaîne NBC News pour l’émission “Meet The Press“.

Giuliani était interrogé par le journaliste Chuck Todd à propos d’une rencontre ayant eu lieu entre Trump Jr et une avocate russe à la Trump Tower en 2016. Selon les dires du président américain himself, cette rencontre avait pour objectif d’obtenir des renseignements sur sa rivale Hillary Clinton. “Ce qui est en soi une tentative de collusion”, a souligné Chuck Todd, façon de dire que Trump devrait témoigner devant la justice.

“Version personnelle de la vérité”

La réponse de l’avocat était surréaliste: “Écoutez, je ne vais pas le pousser à témoigner pour qu’il soit piégé par le parjure. Et si vous me dites “il devrait témoigner pour donner sa version de la vérité” et qu’il n’a pas à s’inquiéter, eh bien c’est idiot parce qu’il s’agira d’une version personnelle de la vérité. Et non pas de la vérité même.”

Riposte du journaliste: “Mais la vérité, c’est la vérité!”. Sans fléchir, Rudy Giuliani a rétorqué: “Non, la vérité n’est pas la vérité”. Ce qui a donné lieu à une étrange partie de ping-pong verbal: “La vérité est la vérité, M. le maire”, a relancé Todd, rappelant que Giuliani a été pendant un temps maire de New York. “Cela va devenir un mauvais mème.”

“Ne me faites pas ça!”, a surenchéri Giuliani en se moquant de l’expression faciale de Todd. “Ne me faites pas un “la vérité n’est pas la vérité””, a renvoyé Todd.

Mensonges du président?

Cet imbroglio de réponses de Giuliani soutient en réalité l’idée que Trump ne devrait pas témoigner devant le procureur spécial Robert Mueller. Ce dernier pourrait accuser le président américain de mentir à la justice si ses déclarations différaient des affirmations de l’ex-patron du FBI, James Comey.

Pour rappel, Trump avait en premier lieu avancé que la rencontre à la Trump Tower n’avait servi qu’à discuter d’une potentielle adoption d’enfants russes. Au vu des dernières révélations, il semble que la vérité et le réel ont l’air d’être des concepts plutôt fluctuants dans la Team Trump.

Pour parachever cette séquence, le dictionnaire américain Merriam-Webster a peu après tweeté… une définition du mot “vérité”. Message retweeté par le compte de “Meet The Press”. CQFD

Articles sponsorisés