La tournée diplomatique de Trump commence fort: il a signé des accords à plus de 380 milliards de dollars avec l’Arabie saoudite

La tournée diplomatique de Trump commence fort: il a signé des accords à plus de 380 milliards de dollars avec l’Arabie saoudite

En pleine polémique sur des éventuels liens entre le gouvernement de Donald Trump et la Russie, le président américain a commencé sa tournée diplomatique de neuf jours en Arabie saoudite. Et sur les chapeaux de roue: en un jour, il a déjà conclu une trentaine d’accords pour plus de 380 milliards de dollars avec les Saoudiens.

C’est le moins que l’on puisse dire, l’ambiance est particulièrement tendue à Washington. Chaque semaine apporte son lot de nouvelles révélations sur les éventuels liens entre l’équipe Trump et la Russie. D’autant plus que le président américain est de plus en plus impopulaire et que le mot “destitution” est sorti plusieurs fois ces derniers jours. Mais ces affaires ne lui ont pas empêché de mener sa première tournée diplomatique sur les chapeaux de roue.

Donald Trump a ainsi atterri hier en Arabie saoudite, et il n’a pas chômé. Quelques heures à peine après avoir frôlé le sol saoudien, il signait déjà de juteux contrats militaires et industriels. L’agence de presse saoudienne officielle (la SPA) parle de 34 accords dans divers domaines: la défense, le pétrole, le transport aérien, la lutte contre Daesh, etc.

110 milliards de dollars de ventes d’armements

Le ministre saoudien des Affaires Étrangères, Adel ben Ahmed al-Joubeir, a précisé le montant total des accords conclus lors d’une conférence de presse hier après-midi: plus 380 milliards de dollars. Autrement dit, un peu plus de 339 milliards d’euros. Parmi tous ces investissements, il y a des contrats de ventes d’armements à hauteur de 110 milliards de dollars. Soit un peu plus de 98 milliards d’euros. Un joli pactole.

À quoi cet argent va-t-il servir? Rex Tillerson, le secrétaire d’État américain qui est aussi du voyage, a justifié que ces contrats vont servir à “soutenir la sécurité à long terme de l’Arabie saoudite et de la région du Golfe face à la mauvaise influence iranienne et aux menaces liées à l’Iran qui existent aux frontières de l’Arabie saoudite”. Au passage, il a accusé l’Iran de “soutenir des groupes terroristes” et a enjoint le président iranien fraîchement réélu, Hassan Rohani, de “mettre fin aux essais de missiles balistiques”.

En Belgique mercredi

Pour la suite de sa tournée, Trump se rendra lundi en Israël. Il y rencontrera le président israélien Reuven Rivlin et le Premier ministre Benyamin Netanyahou. Mais l’ambiance risque d’être particulièrement tendue, depuis que le monde entier a appris que Trump a balancé il y a quelques jours aux Russes des “informations hautement classifiées”, qui venaient justement des services de renseignement israéliens.

Le président américain se rendra ensuite au Vatican, en Belgique et enfin en Sicile (au sommet du G7). C’est mercredi en fin d’après-midi qu’il débarquera à Bruxelles, afin d’assister au sommet de l’Otan qui aura lieu le lendemain. Comme il l’a souvent fait, il devrait à nouveau ordonner aux membres de l’Alliance de fournir plus de moyens et d’efforts. Ce qui annonce déjà de vives tensions…

Articles sponsorisés