La raison pour laquelle Miyazaki ne débarquera jamais sur Netflix

Ghibli

Miyazaki, homme du 20ème siècle, ne mettra sans doute jamais ses films sur Netflix ou toute plateforme digitale. On t’explique pourquoi.

On a tous un Miyazaki préféré. La rage de Princesse Mononoké, la poésie du Château Ambulant et les créatures de Nausicaä de la Vallée du Vent ont su fasciner et marquer plusieurs générations, petits, moins petits ou plus grands.

Mais Hayao Miyazaki est un homme du 20ème siècle, comme il le dit lui même dans un documentaire consacré au Vent se Lève: (plus) jamais, au grand jamais, ne verra-t-on un Miyazaki sur une plateforme de SVOD comme Netflix, Disney plus, Apple TV ou encore Prime Video.

Il fut une époque où Toonami arrivait à avoir les droits d’un film pour une période de temps restreinte. Cette époque est révolue, comme l’ont rapporté les représentants de GKids, entreprise américaine qui se focalise sur les films d’animation indépendants et organise en ce moment le Ghibli Fest.

Un visionnage au cinéma “vital”

Interrogés par le site Polygon, ils ont expliqué que “Le Studio Ghibli ne rendait pas leurs films disponibles, que ce soit pour du téléchargement ou du streaming, où que ce soit dans le monde.” Pour le studio, il est “vital et c’est une opportunité particulièrement appréciée pour l’audience d’expérimenter le film ensemble dans un décor de cinéma.”

L’importance du cinéma est donc primordiale pour Miyazaki. L’homme sait ce qu’il veut, et l’a toujours fait comprendre. Il suffit d’entendre l’histoire du sabre envoyé à Weinstein alors qu’il tentait de virer des passages de Princesse Mononoké ou de le voir refuser toutes les propositions d’Hollywood concernant l’adaptation en live-action de Nausicaä. La seule chose dont il ne semble jamais être sûr, c’est sa retraite.

Son prochain film, Comment Vivez-Vous?, sortira en 2021 et suivra l’évolution psychologique d’un adolescent à travers les interactions qu’il a avec son oncle et ses amis. On connait la date pour le Japon, mais pas encore le reste du monde. Une chose est sûre: il faudra aller au cinéma pour y assister.

Articles sponsorisés