La folle histoire russe qui embarrasse le pays: des cosmonautes ivres et un robot aux tweets gênants

ISOPIX

L’histoire est totalement incongrue et prête à sourire. Mais elle embarrasse tout un pays. En Russie, un robot incontrôlable s’est attaqué sur Twitter à deux anciens cosmonautes devenus députés. L’image de l’agence spatiale russe en ressort fameusement égratignée.

Alors que huit pays viennent de signer les accords Artemis en vue de collaborer à la conquête lunaire, la Russie, non-signataire, voit une histoire aussi amusante que dramatique secouer son agence spatiale.

En août 2019, Roscosmos, l’agence spatiale russe, avait envoyé son premier robot humanoïde vers la Station spatiale internationale (ISS). Fedor (acronyme pour Final Experimental Demonstration Object Research) y avait d’abord raté son arrimage. Il y était ensuite resté dix jours avant de revenir sur Terre. Une mission qui s’était finalement davantage apparentée à une grande opération de communication qu’à une vraie avancée technologique.

Particularité de Fedor : il parlait sur Twitter à la première personne. Pendant sa mission, il s’était d’ailleurs excusé pour son retard : ‘J’étais dans les bouchons. Je suis prêt à poursuivre le travail’.

Si la Russie s’amusait des truculents tweets de son automate, voilà que Fedor ne fait plus rire du tout les autorités locales. Cette semaine, le robot n’y est pas allé de main morte envers deux députés. Et si tout le monde se prêtait volontiers au jeu à l’époque, plus personne n’est dupe à présent : Fedor ne twitte pas de son plein gré.

Des députés sans langue de bois

Si la mission de Fedor s’est achevée depuis plus d’un an, son compte Twitter est toujours actif. Du moins il l’était, car il vient d’être supprimé. En cause, des tweets offensants lancés à l’encontre de Maxime Souraïev et d’Alexander Samokoutiaïev, deux anciens cosmonautes aujourd’hui députés.

Dans un premier temps, Fedor a relayé une vidéo datant de septembre 2014. Publiée depuis l’ISS à l’occasion de la Journée internationale du tigre, on y voit Maxime Souraïev, Alexander Samokoutiaïev tenir chacun en main une peluche en forme de tigre. Une troisième cosmonaute, Elena Serova, prononce un discours pour inciter au respect de la nature.

À la suite de cette vidéo, Fedor attaque les deux cosmonautes. Il les accuse d’être saouls à bord de l’ISS.

‘Les robots, contrairement à Souraïev et Samokoutiaïev, ne sont pas sujets à des faiblesses, ne violent pas la loi de la sobriété de la station spatiale, ne disent pas de bêtises, accomplissent l’entièreté de leur mission sans faire de commentaire et ne cherchent pas à quitter le corporation des cosmonautes pour une place à la Douma (ndlr, le parlement russe)’, envoie Fedor.

‘Mon opinion des humains est basse. […] Dans la vidéo, Serova parle au sujet des tigres. Les autres sont ivres. […] Remettez-moi au travail s’il-vous-plaît ! Les robots font du meilleur travail. Du moins que ces députés’, ajoute-t-il.

Rogozine aux manettes ?

Les accusations de Fedor n’ont pas plu du tout à Souraïev et Samokoutiaïev. Ils ont annoncé qu’ils allaient porter plainte.

‘Je suis indigné par cette insulte’, a fait savoir Samokoutiaïev au média russe Rise. ‘Je vais aller en justice, je ne laisserai pas passer cela, et Maxime Souraïev non plus. Nous sommes des héros de la Russie… C’est une affaire qui doit se terminer devant les tribunaux.’

Le député a également précisé que l’alcool était interdit à bord de l’ISS. Il a aussi expliqué que les rougeurs et enflures de son visage étaient liées aux effets de l’apesanteur, et non à une quelconque boisson alcoolisée.

Les deux anciens cosmonautes sont excédés car ils savent très bien que le robot n’a pas tweeté de son plein gré. Ils soupçonnent Dmitri Rogozine, directeur de l’agence spatiale russe, d’être derrière le compte… et d’être donc l’auteur de ces insultes. D’autant plus que l’homme est lui-même un twittos acharné.

Deux députés rebelles

Si Souraïev et Samokoutiaïev pensent que Rogozine est aux manettes, c’est parce qu’ils sont en conflit avec lui. Avant l’épisode de Fedor le robot, les deux députés avaient ouvertement critiqué la gestion de Roscosmos et, de manière non moins voilée, son directeur actuel.

Pour les deux hommes, Rogozine gère très mal Roscosmos et fait prendre un retard considérable à la Russie sur les États-Unis. La semaine dernière, Souraïev s’était d’ailleurs moqué des navettes russes en les comparant à celles de SpaceX.

Rogozine a-t-il voulu se venger en salissant l’image de Souraïev et Samokoutiaïev ? C’est ce qu’une bonne partie de la Russie pense. En tout cas, le directeur de Roscosmos a, dans un premiers temps, laissé sous-entendre qu’il était effectivement aux manettes du compte Twitter de Fedor.

Mais Rogozine a finalement revu son discours. Il a indiqué que ni lui ni un de ses collaborateurs n’étaient à l’origine des tweets du robot, avant d’expliquer que Fedor était le seul responsable de ses propos.

‘Ce n’est pas une question pour nous, vous devez contacter Fedor et lui écrire’, a-t-il répondu aux journalistes.

Articles sponsorisés