La défense de Trump dans l’affaire ukrainienne: reconnaître, s’énerver et accuser

(Photo by Drew Angerer/Getty Images)

Donald Trump et son entourage utilisent toujours les mêmes techniques de communication. Mais celles-ci pourraient bien ne plus être aussi efficaces.

Nouvelle étape dans l’investigation démocrate pour tenter de destituer Trump. Son avocat, Rudolph W. Giuliani, a été cité à comparaître dans l’affaire Ukraine/Trump. Pour rappel, cette enquête a été déclenchée par la révélation d’un lanceur d’alerte: Trump aurait demandé à plusieurs reprises au président ukrainien Volodymyr Zelensky de trouver des informations sur le fils de l’ex vice-président américain Joe Biden.

Victime d’un complot

Une conversation téléphonique révélée plus tard, le président américain est dans une posture toujours plus bancale avec une défense tout aussi bâclée. Trump continue de nier le problème qui existe dans le fait de vouloir espionner des opposants politiques à l’approche des élections et le fait savoir comme à son habitude sur Twitter à coups de grandes exclamations.

Pour Trump, il est victime d’un complot.
Au départ, il voulait juste savoir si Joe Biden était corrompu apparemment.

Rudy Giuliani, bras droit de Trump

Dernier acte en date: Giuliani, avocat de Donald Trump, qui annonce que c’est le State Department, l’équivalent du ministère des affaires étrangères, qui lui a envoyé 40 SMS lui demandant de “faire ce qu’il a fait”. Il a lui aussi reconnu avoir demandé à l’Ukrain de se pencher sur les Biden.

Qu’il s’agisse de Trump ou de Giuliani, la méthode est la même: en accuser d’autres pour tenter de détourner l’attention sur leur affaire. Outre le State Department, Giuliani a mentionné en ouverture d’interview sur Fox News être en possession de preuves d’un espionnage orchestré par Obama en 2017. Une théorie du complot réfutée depuis lors.

Donald Trump rêve de pouvoir accuser de trahison Adam Schiff, le démocrate en charge de l’enquête devant mener à une destitution, pour avoir présenté de fausses preuves. Sur son twitter, Il encourage sa position de victime d’un complot, même s’il a bel et bien reconnu les faits. Les démocrates sont eux aussi corrompus si on en lit son compte et quand bien même il serait possible que de la corruption existe dans le monde politique démocrate… Cela n’enlève rien à l’histoire ukrainienne.

Une défense plus aussi efficace

Cette défense a toujours été la leur. Mais cette fois ci, les faits diffèrent: les démocrates ont des preuves de leurs accusations et les sondages ne vont pas dans le sens de Trump. Le nombre d’américains favorables à la destitution de Trump a augmenté de 10% au cours des deux dernières semaines, passant de 37 à 47% comme le rapporte CNN.

Et si le rêve des démocrates de voir Trump partir de ses quartiers sans possibilité de retour était bel et bien réel? Encore faudrait-il affronter les 2 obstacles restants dont on parlait dans un article précédent. 3 obstacles s’opposaient aux démocrates dans le cadre de cette affaire, le dernier portant sur la stratégie habituelle de communication de Trump. Si celle-ci n’est plus aussi efficace, il ne manquerait plus que le soutien des républicains et du reste du pays pour virer Trump. Alors, va-t-on pouvoir dire adieu à Donald dans les prochains mois?

Articles sponsorisés