La décision est tombée: la “jungle” de Calais sera en partie démantelée

La décision est tombée: la “jungle” de Calais sera en partie démantelée

La “jungle” de Calais sera en partie évacuée. C’est ce qu’a finalement décidé la juge du tribunal administratif de Lille. L’évacuation du camp aurait déjà dû avoir lieu mardi 23 février à 20 heures au plus tard. Mais plusieurs associations et migrants ont saisi la juge qui a fini par annoncer sa décision aujourd’hui.

Malgré les plaintes des associations et des migrants, la juge du tribunal de Lille a rendu sa décision et une partie de la “jungle” de Calais devra être évacuée.

Vendredi 19 février, un “arrêté d’expulsion d’office”, pris par la préfecture du Pas-de-Calais, imposait aux migrants d’évacuer la “zone sud” de la “jungle” de Calais au plus tard le 23 février à 20 heures. Associations, personnalités et migrants s’étaient indignés. Dix associations et 238 migrants ont donc saisi la juge du tribunal de Lille contre cette expulsion. Après observation, la juge devait vérifier si l’expulsion constituait une “violation des droits fondamentaux des individus”. Visiblement pas, selon elle.

Une évacuation “par la persuasion et dans le respect de la dignité des personnes”

Bernard Cazeneuve, le ministre français de l’Intérieur avait déclaré que l’évacuation se ferait “de manière progressive, par la persuasion et dans le respect de la dignité des personnes”, dans le journal Le Monde. “Chaque migrant se verra proposé […] une place au sein du CAP (centre d’accueil provisoire), dans un CAO (centre d’accueil et d’orientation) ou dans un espace d’accueil pour personne vulnérable en fonction de sa situation. Il s’agit d’une opération humanitaire où nous proposons des solutions à tous”, a-t-il expliqué au journal La Voix du Nord.

Manque de places et chiffres faussés?

Selon plusieurs associations, les dispositifs d’accueil pour les migrants sont insuffisants. Elles estiment aussi que les vrais chiffres sont plus élevés que les chiffres officiels. Selon elles, le projet d’expulsion du camp concernerait “3.450 personnes, dont 300 mineurs isolés” alors que la préfecture parle de 800 à 1000 occupants.

L’objectif, à terme, de la préfecture du Pas-de-Calais: descendre à environ 1500 migrants dans le camp et 500 dans le centre d’accueil de nuit prévu pour les femmes et les enfants.

Sources: Le Soir, RTBF, Le Parisien

Articles sponsorisés