La Corée du Nord provoque la Corée du Sud et les USA en tirant deux missiles à courte portée

EPA

La Corée du Nord et donc Kim Jong-Un ne sont pas contents et ils le font savoir. Comment? Comme d’habitude: en tirant des missiles.

Cela faisait depuis le début du mois de mai que la Corée du Nord n’avait pas montré les dents. Dans la nuit de mercredi à jeudi, Pyongyang a procédé au tir de “deux missiles non-identifiés. Selon l’armée sud-coréenne, les missiles auraient décollé ce jeudi matin vers 5h30 et auraient parcouru une distance d’environ 430km au dessus de la Mer du Japon.

“L’armée surveille de près la situation au cas où de nouveaux tirs auraient lieu, tout en se tenant prête”, a expliqué l’état-major sud-coréen tout en demandait à son voisin de cesser tout action pouvant faire monter les tensions. Ces tirs de missiles ont également été confirmés par les Américains et les Japonais. Mais quelle mouche a encore piqué Kim Jong-Un?

Statut de laissé-pour-compte

Plus le moins tir depuis début mai, une rencontre avec Donald Trump le 30 juin dernier, la situation semblait se calmer en Corée du Nord. Alors que s’est-il passé pour que Pyongyang recommence à jouer avec les nerfs de ses voisins et des Américains? En fait, Kim Jong-Un voit d’un très mauvais oeil les exercices militaires conjoints entre les États-Unis et la Corée du Sud qui sont programmés début août.

Le régime nord-coréen menace d’ailleurs de reprendre ses essais nucléaires et de missiles intercontinentaux, des essais arrêtés depuis juin 2018 pour permettre une rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-Un à Singapour. Américains et Sud-coréens ont déjà annulé plusieurs opérations militaires pour faciliter les négociations avec le Nord mais avaient tout de même décidé de maintenir les exercices de ce mois d’août. Grave erreur car pour Pyongyang, cet exercice menace sa sécurité.

Ces tirs interviennent donc moins d’un mois après la dernière rencontre entre Trump et Kim Jong-Un à Panmunjom, la zone démilitarisée entre les deux Corée. Cette rencontre avait tourné autour de la dénucléarisation de la Corée du Nord mais n’avait abouti à rien si ce n’est que les deux parties avaient promis de remettre ça plus tard, sans résultat pour l’instant et ces deux missiles ne vont pas accélérer les choses.

Trump reste serein

Mais Donald Trump reste serein, ces deux missiles courte portée ne lui font pas peur et n’affecteront pas les négociations avec Kim Jong-Un. Même si ces essais violent les résolutions de l’ONU. Quoi qu’il en soit Pyongyang continue d’agrandir son arsenal. L’agence de presse nord-coréenne annonçait récemment la visite de Kim Jong-un au chantier naval de Sinpo, à l’est du pays.

Il assistait à la fin des travaux de construction d’un tout nouveau sous-marin militaire “conçu et assemblé pour pleinement répondre aux exigences stratégiques militaires du Parti du travail, pour faire face à différentes circonstances”. Il pourrait s’agir d’un submersible lanceur de missiles. En août 2016, la Corée du Nord avait testé un missile, le Pukguksong (Etoile polaire) pouvant être lancé d’un sous-marin. Tiens tiens tiens…

Mais qu’à cela ne tienne, les relations sont bonnes selon Donald Trump qui assure avoir eu “une correspondance positive avec la Corée du Nord. A nouveau, il n’y a pas d’essais nucléaires, pas d’essais de missiles”, avant d’ajouter qu’“à un certain point, quand ils seront prêts, nous serons prêts“.

Articles sponsorisés