La communication entre les services d’urgence s’en prend plein la gueule: un bon quart des appels ne sont pas passés le 22 mars

La communication entre les services d’urgence s’en prend plein la gueule: un bon quart des appels ne sont pas passés le 22 mars

Les attentats de Bruxelles, c’était il a deux mois mais aujourd’hui encore la commission d’enquête parlementaire pointe des failles dans le système. Un quart des appels émis vers les services d’urgence ne sont pas passés juste après les attaques. Même si la situation était tout à fait exceptionnelle le 22 mars, cela n’excuse pas tout. 

Le 22 mars dernier, le système ASTRID, le système de communication développé pour les services d’urgence a montré ses failles lors des attentats de Bruxelles. Normalement, ce système est créé pour que les services d’urgence soient le plus rapidement en contact les uns avec les autres. En période de crise, pour communiquer entre eux, les services d’urgence utilisent des talkie-walkies reliés à Astrid. Ça c’est la théorie. Mais en pratique, les services d’urgence ne savaient pas vraiment comment l’utiliser. Ils ne maintenaient pas le bouton appuyé par exemple. Bref, ils perdaient leur tour dans la queue des communications.

Le directeur général du réseau ASTRID, Marc De Buyse, a avoué que la réseau avait été saturé. Mais selon lui, le système a été mal utilisé. Il faut en général attendre son tour pour parler et ça n’a pas été le cas le 22 mars dernier.

8.400 appels échoués

La commission d’enquête parlementaire sur les attentats du 22 mars s’est aujourd’hui penchée sur les faiblesses de se système. De l’enquête, il ressort que 8.400 appels n’ont pas abouti. Sur les 34.000 appels qui ont tenté d’être passés le 22 mars dernier, ça fait beaucoup: un quart des appels a échoué! Il faut tout de même avouer que la situation ce jour-là était tout à fait exceptionnelle. C’était dix fois plus important qu’un jour normal, a affirmé Marc De Buyse. Tout système a ses failles mais là, il va sérieusement falloir l’améliorer… En espérant qu’on n’en ait pas besoin de sitôt!

Articles sponsorisés