La Catalogne sortie de l’Espagne? Ce n’est plus qu’une question de jours d’après Carles Puigdemont

La Catalogne sortie de l’Espagne? Ce n’est plus qu’une question de jours d’après Carles Puigdemont

L’Espagne traverse une grosse crise. Deux jours après l’organisation d’un référendum d’autodétermination, 700.000 Catalans étaient en grève ce mardi 3 octobre. Dans un discours d’une rare fermeté, le roi d’Espagne, Felipe VI, a accusé les dirigeants indépendantistes de la Catalogne de menacer la stabilité de l’Espagne. Et pour clôturer ce mardi déjà bien agité, le président de la Catalogne a exigé de proclamer l’indépendance de la région. Bref, c’est le chaos!

La crise est loin d’être terminée en Espagne. Au lendemain d’une journée de mobilisation massive où 700.000 Catalans ont manifesté pour défendre “leurs droits” et dénoncer les violences policières lors du référendum d’autodétermination de dimanche, c’est toujours le chaos en Espagne.

La Catalogne prête pour l’indépendance?

Le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, a indiqué, dans une interview donnée à la BBC, mardi soir, que son gouvernement s’apprêtait à déclarer l’indépendance de la région. Et d’après lui, ce n’est qu’une question de jours: “nous allons déclarer l’indépendance quarante-huit heures après le décompte des résultats officiels”, annonçait-il, et d’après lui, cela sera fait “d’ici la fin de la semaine ou en début de semaine prochaine”.

Pour le séparatiste, “ce serait une erreur qui changerait tout”, si le gouvernement d’Espagne venait à prendre le contrôle de l’administration de la région catalogne. Et l’opposition de Madrid serait une “nouvelle faute”, qui s’ajouterait à “une longue liste d’erreurs”, ajoutait-il ensuite. Evidemment, Carles Puigdemont entendait notamment par-là les interventions violentes des policiers pour tenter d’empêcher la tenue du référendum de dimanche.

Le roi Felipe VI très ferme

Ses mots intervenaient juste après un discours très ferme qu’a tenu le roi Felipe VI, à l’égard des dirigeants indépendantistes de la Catalogne. Le souverain s’exprimait pour la première fois depuis dimanche à la télévision, annonçant que “l’Etat doit assurer l’ordre constitutionnel en Catalogne”, avant d’ajouter ” (qu’) avec leur conduite irresponsable, ils (les dirigeants catalans) peuvent mettre en danger la stabilité de la Catalogne et de toute l’Espagne”.

Il les accuse aussi de ne pas avoir respecté la constitution espagnole “à plusieurs reprises, délibérément et consciemment”. Son discours cinglant n’a en revanche pas relevé la violence dont ont fait usage la police nationale et la garde civile contre les manifestants dimanche.

Reste à savoir maintenant ce qu’il en ressortira du référendum. Mais vu que ce scrutin électoral était considéré comme illégal, aucune commission électorale n’a supervisé l’organisation, ni même les résultats.

Articles sponsorisés