La bourgmestre de Molenbeek croit qu' »il y a moins d’individus radicalisés qu’il y a un an » dans sa commune

La bourgmestre de Molenbeek croit qu' »il y a moins d’individus radicalisés qu’il y a un an » dans sa commune

Un an après les attentats de Paris, Françoise Schepmans (MR) est revenue sur la situation de Molenbeek pour Bel-RTL ce matin. Selon, elle la commune serait plus sûre maintenant et compterait moins d’individus radicalisés. Elle a aussi précisé que sa commune avait reçu des renforts au niveau de la police, mais que cela reste toutefois insuffisant.

Suite au plan Canal mis en place en février dernier, la police fédérale a proposé un renfort de 50 policiers pour la commune de Molenbeek. Suffisant? Pas vraiment: « Aujourd’hui, nous avons 34 policiers supplémentaires mais c’est une zone qui a toujours été en déficit car nous avons peu de moyens. C’est un apport positif mais pas suffisant », a déclaré Françoise Schepmans (MR) au micro de Martin Buxant sur Bel-RTL.

La bourgmestre tient aussi à ce que plus de policiers viennent de la région bruxelloise car ils connaissent mieux la situation de notre capitale et que « c’est un plus pour la lutte contre la délinquance ». Elle insiste aussi pour qu’il y ait une meilleure coopération entre les polices communale et fédérale

57 individus radicalisés

Au niveau du nombre d’individus radicalisés, Françoise Schepmans pense qu’il y en a « moins depuis un an » et qu’il sont mieux ciblés. La dernière liste de l’OCAM (l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace) fait état de 57 individus ayant basculé dans le radicalisme, dont certains sont toujours en Syrie.

Pour le reste des chiffres, la bourgmestre indique aussi qu’une vingtaine de groupes liés à la drogue, aux armes et aux faux papiers ont été démantelés et que 5 lieux de culte ont dû fermer leurs portes.

Retrouve son interview complète ici

Articles sponsorisés