“La Belgique est un village pour Donald Trump”: Juncker a complètement descendu le nouveau Président des États-Unis

“La Belgique est un village pour Donald Trump”: Juncker a complètement descendu le nouveau Président des États-Unis

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a complètement démonté Donald Trump durant un discours qu’il a fait hier devant des étudiants à Luxembourg. Dans son discours, il a déclaré que Trump ne connaissait pas le monde et qu’il risquait de perturber les relations internationales. Il a gentiment rappelé aussi que Trump avait qualifié la Belgique de “ville magnifique” à une époque.

C’est clair que l’élection de Donald Trump n’est pas passée comme une lettre à la poste. Peu de temps après l’annonce officielle qu’il était le nouveau Président des États-Unis, les opposants à Trump se sont réveillés. Par exemple, le mouvement YesCalifornia, qui veut faire sécession du reste des États-Unis, gagne un succès énorme pour le moment.

Mais les sceptiques sur le continent européen ne manquent pas, et c’est le cas de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Ce dernier n’a pas été tendre du tout avec Donald Trump durant un discours devant des étudiants à Luxembourg qui a eu lieu hier.

“Un monde qu’il ne connaît pas”

Dans son discours, Jean-Claude Juncker a fortement critiqué le manque de culture générale de Trump. Il a déclaré que “Nous aurons deux années de temps perdus jusqu’à ce que M. Trump ait fait le tour du monde qu’il ne connaît pas”.

Il a aussi fait part de ses peurs en affirmant que Donald Trump comme président risquait de perturber les relations internationales “dans leurs fondements et leurs structures”.

Il parle du Président des États-Unis comme si c’était un enfant en fait: “Il faudra que nous apprenions au président désigné ce en quoi consiste l’Europe et quels sont les principes de fonctionnement de l’Europe. Il pose des questions à vrai dire aux conséquences pernicieuses, parce qu’il remet en question l’alliance transatlantique et donc le modèle sur lequel repose la défense de l’Europe”.

EPA

“Donald Trump a une attitude qui ne reflète pas les convictions et les sentiments européens”

Le président de la Commission n’a pas hésité à continuer la critique en déclarant que Trump avait des convictions politiques et des sentiments vraiment différents des Européens, surtout quand il s’agit des “non Américains blancs et des réfugiés”.

Juncker a aussi gentiment rappelé que Donald Trump a dit durant sa campagne que la “Belgique était un village quelque part en Europe, c’est bien vu… de loin, mais cela ne reflète pas la réalité”, s’est-il amusé.

Pour rappel, en juin dernier, les médias belges étaient vexés (à juste titre) que Donald Trump ait qualifié la Belgique de “ville magnifique” durant un meeting électoral.

La Haute Représentante de l’Union pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, a quant à elle tenu un discours un peu plus soft concernant Trump. Elle a déclaré au Deutsche Welle qu”il est dans notre intérêt de collaborer, mais il est possible que ses priorités politiques risquent d’éloigner l’Amérique des principes de base européens”.

Dimanche, les ministres européens des Affaires étrangères vont se réunir à Bruxelles afin de réfléchir aux conséquences de l’élection de Donald Trump.

EPA

Articles sponsorisés