Là-bas, premier single posthume du rappeur Népal, a ému le monde du rap français

La semaine dernière, le microcosme du rap français apprenait, abasourdi, la mort du talentueux rappeur Népal. Quelques jours plus tard, le premier single posthume du rappeur parisien débarque sur la toile, entraînant larmes et émotions.

Le 9 novembre dernier, le rappeur Népal nous quittait emportant avec lui son talent et son univers musical si mystérieux. Rapidement après l’annonce de sa mort, on apprenait qu’un album posthume intitulé Adios Bahamas verra le jour début 2020. Un album produit en catimini, comme Népal l’a toujours fait, lui qui était si discret dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Ce tout premier album est très attendu et s’annonce d’ores et déjà comme la sortie majeur de la nouvelle décennie qui approche. Ce jeudi, on a pu découvrir le tout premier single de cet album. Intitulé Là-Bas, ce morceau est à l’image de Népal et de ses anciennes productions: mélancolique, planant, mystérieux et comme toujours très bien écrit. On te laisse apprécier les rimes du rappeur de la 75e Session, qui demandent parfois d’avoir un diplôme de philo en poche pour tout saisir.

On n’a pas choisi cette existence mais on en paye le prix. Notre monde ou bien cette vie. Est-c’que j’vois cette réalité comme une projection d’mon esprit ? J’essaye juste de vivre

Népal

Le clip, tourné dans une banlieue de Beyrouth et superbe visuellement, était aussi l’occasion pour ses proches de lui rendre un dernier hommage. À la mémoire de notre frère. Repose en paix. Tu nous manqueras à jamais peut-on lire à la fin de la vidéo. Les commentaires sous le clip, sont tout aussi émouvants et témoignent d’une admiration sans faille envers ce rappeur si particuliers et talentueux.

Le rappeur masqué

Si tu n’avais jamais entendu parler de Népal avant, voici ce qu’il y a à savoir si ce rappeur hors du commun. En fait, cela fait pratiquement 10 ans qu’il est actif dans le milieu du hip-hop français et pourtant personne n’a jamais vu son vrai visage. En effet, il n’apparait jamais publiquement sans un masque, du maquillage ou une cagoule. Membre du collectif de la 75e Session et du duo 2Fingz qu’il forme avec Doum’s, il enchaîne les mixtapes au début de sa carrière, que ce soit en solo ou en duo avec son poto Doum’s.

C’est véritablement en 2016 qu’il sort de l’ombre grâce à son projet 444 Nuits, constitué de deux EP de 6 morceaux chacun. C’est de là que sort son morceau le plus célèbre: Rien de spécial dont le clip iconique avait été tourné à Tokyo. Il ressortait de ce morceau une sorte de mélancolie exacerbée par l’instrumentale rappelant les errances nocturnes et les insomnies, emportant tout ce qu’elle approchait dans un tourbillon de réflexions existentielles. Puissant.

Népal avait plein de potes dans le rap game français, et pas n’importe qui. Proche du collectif de l’Entourage, il multiplie les collaborations avec Nekfeu, Lomepal, Fixpen Sill, M le Maudit et plein d’autres, devant ainsi plus connu grâce à ses collaborations que grâce à ses projets personnels. Mais cela va changer le 10 janvier 2020, date de sortie de Adios Bahamas.

Ce son il a rien de spécial…

2Fingz, c’était ça (entre autres)

Nekfeu ft. Népal: légendaire

Articles sponsorisés