Kris Peeters est revenu mais ça n’a pas suffi: les négociations sur le budget sont terminées pour ce soir

Kris Peeters est revenu mais ça n’a pas suffi: les négociations sur le budget sont terminées pour ce soir

Le Premier ministre Charles Michel et ses Vices-premiers ont repris les discussions ce mardi après-midi à 16H30. Même Kris Peeters (CD&V) était revenu autour de la table en vue de boucler les budgets 2016 et 2017. Mais aucun accord n’est finalement ressorti de cette réunion et à 20 heures, chacun est retourné chez soi. Suite du feuilleton dès demain…

Une nouvelle proposition était sur la table et même Kris Peeters (CD&V) avait rejoint ses collègues lors de la réunion du kern (Conseil des ministres restreint) de ce mardi après-midi.

Présents autour de la table: Charles Michel et ses Vices-premiers ministres. Ils étaient accompagnés du ministre des Finance Johan Van Overtveldt (N-VA) et de la ministre du Budget Sophie Wilmès (MR). Cette dernière a même qualifié la nouvelle proposition comme ayant “le mérite d’être étudiée”.

Double point de blocage

Le point de blocage est toujours clair et il est double: le CD&V veut d’abord savoir comment on va financer la baisse de l’impôt sur les sociétés. “Si nous voulons baisser les impôts sur les sociétés, il va falloir le financer, sinon nous serons confrontés au même problème que nous avons connu avec le taxshift, qui a également été sous-financé”, a réagi le député Eric Van Rompuy, président de la commission des Finances de la Chambre.

Le deuxième point de friction est l’introduction par les démocrates-chrétiens d’un impôt sur les plus-values financières. “Notre parti tente de ramener plus de justice aux gens. C’est important pour des milliers et des milliers de personnes, les autres partis doivent avoir cela à l’œil”, a indiqué le député fédéral Veli Yüksel.

15 octobre: tic, tac, tic, tac,…

En tout état de cause, le budget doit être conclu pour le 15 octobre, c’est la date que la Commission européenne a exigée. Mais le plus tôt sera le mieux. L’opposition n’a de cesse de fustiger les querelles gouvernementales et ne s’est pas empêchée pour critiquer le report de la déclaration gouvernementale à la Chambre.

Une Chambre dans laquelle aucun ministre du gouvernement fédéral n’était présent aujourd’hui. Willy Borsus, le ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des Petites et moyennes entreprises, de l’Agriculture et de l’Intégration sociale, a même du débarquer en trombe pour calmer les esprits.

Source: RTBF

Articles sponsorisés