“Je suis la personne la moins raciste au monde”: Trump tente de redorer son image après plusieurs polémiques

epa

Ces derniers jours, Donald Trump s’en est pris à un élu de Baltimore dont il juge sa circonscription “dégoutante et infestée de rats”. Problème: il s’agit d’un quartier majoritairement habité par des noirs et l’élu en question est également noir. Accusé une nouvelle fois de racisme, Trump a dû se défendre comme il pouvait.

“Je suis la personne la moins raciste du monde”. C’est ainsi que s’est défendu Trump face aux nombreuses accusations de racisme dont il est l’objet. Et comme les élections approchent tout doucement, il faut soigner un maximum son image. C’est ce qu’il fait, aussi bien devant les journalistes que sur les réseaux sociaux mais ce n’est pas gagné.

Surtout que dans le dernier scandale qu’il a provoqué, il est difficilement défendable. Le président s’en est pris à Elijah Cummings, élu démocrate du Maryland à la Chambre des représentants, pour avoir critiqué les conditions de détention des mineurs à la frontière. Il s’en est donc pris au district de Cummings: “Le district de Cummings est un désordre dégoûtant, infesté de rats et autres rongeurs. S’il passait plus de temps à Baltimore, il pourrait peut-être aider à nettoyer cet endroit très dangereux et sale.”

Évidemment, tous les habitants du district en question et Elijah Cummings ont très mal pris le fait de se faire insulter de “rats” devant le monde entier, sachant que Baltimore est une ville industrielle majoritairement habitée par des noirs. C’est donc plutôt drôle quand Trump déclare ne pas avoir “une once de racisme” en lui.

“Retournez dans votre pays d’origine”

“Aucun autre président n’a fait autant que moi pour les Afro-Américains”, a-t-il avancé en soulignant que le chômage des Noirs n’avait “jamais été aussi bas dans l’histoire” des États-Unis. Certes. N’empêche qu’il y a à peine quelques semaines, il s’attaquait frontalement à quatre élues démocrates d’origine étrangère en leur conseillant de retourner dans leur pays d’origine. Spoiler: 3 des 3 élues sont nées aux USA.

Alors les démocrates ont alors déposé une motion condamnant “fermement les commentaires racistes” du président . Une initiative soutenue par plusieurs dirigeants étrangers comme Angela Merkel ou Theresa May. Alors, Trump fait tout pour tenter de se défaire de cette image qui lui colle à la peau. Il a commencé en tentant de libérer le rappeur A$ap Rocky enfermé en Suède, essai loupé. “La Suède a laissé tomber notre communauté noire américaine” avait-il dénoncé sur Twitter.

Mais ce n’est pas tout, il retweet également plusieurs vidéos où on le présente comme un véritable saint, où les témoignages si élogieux se succèdent et où on compile tous les moments de sa vie où il a été généreux et gentil. C’est certain, l’opération séduction en vue des élections présidentielles de 2020 est bel et bien lancée.

Articles sponsorisés