Jan Jambon (N-VA) a dû retirer les cartes d’identité de 15 jeunes qui étaient prêts à partir en Syrie pour rejoindre Daesh

Jan Jambon (N-VA) a dû retirer les cartes d’identité de 15 jeunes qui étaient prêts à partir en Syrie pour rejoindre Daesh

Depuis le début de l’année 2016, le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), a retiré les cartes d’identité et passeports de 15 jeunes qui étaient apparemment prêts à partir en Syrie. Avec le retrait des documents d’identification, ils ne savent pas passer la frontière turque. Le but est aussi de remettre les jeunes sur le droit chemin avant que la justice ne s’en mêle.

Alors qu’en en ce moment la bataille de Mossoul fait la une des médias, il ne faut pas oublier qu’une partie des combattants viennent du sol européen. Beaucoup sont partis pour la Syrie afin d’apporter de l’aide à Daesh. Le plus inquiétant c’est quand ce sont des jeunes qui ont décidé de partir à la guerre.

En Belgique, depuis le début de l’année 2016, le ministre de l’Intérieur, Jambon, a dû retirer les cartes d’identité et les passeports de 15 jeunes Belges. Ils étaient selon lui “prêts à partir en Syrie”. C’est ce que rapporte le journal De Morgen.

Ils ont entre 17 et 28 ans…

Ces jeunes ont entre 17 et 28 ans et ils viennent d’un peu partout en Belgique. Ils viennent de Borgerhout (Anvers), Opoeteren (Maaseik), Schaerbeek, Jette, Laeken (Bruxelles), Verviers, Herstal et Glain (Liège) et Jumet. Et ils ont tous un passé très différents. Le ministre ne peut pas révéler les identités des jeunes.

Depuis le 5 janvier 2016 pour être précis, Jan Jambon a le droit de retirer les documents d’identification d’un Belge sur base des conseils de l’Ocam. Le retrait des pièces d’identité dure normalement trois mois et elle peut être prolongée trois mois de plus. Sans ces papiers, il est impossible pour les jeunes de traverser la frontière turque et du coup d’atteindre la Syrie.

Le but est que les autorités locales prennent en charge la personne qui voulait partir afin de le remettre sur le droit chemin. Si c’est un échec, il y a de fortes chances que la justice s’en mêle et prenne une décision qui peut mener à l’enfermement de la personne.

Articles sponsorisés